SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#GoldenGlobeRace

Golden Globe Race 2018 : Début des Opérations de Sauvetage de Loïc Lepage après démâtage et voie d’eau à 600 milles Sud-Ouest de Perth

dimanche 21 octobre 2018Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

A 18:27 UTC le 20 October, le Centre de Coordination de Sauvetage Aéromaritime de Canberra (JRCC Australie) a récupéré un appel de détresse du navigateur solitaire français Loïc Lepage, ayant été prévenu auparavant par les organisateurs de la GGR du démâtage et de la voie d’eau de son bateau Laaland quelques 600 milles au Sud-Ouest de Perth, zone Ouest Australie, et le JRCC a pris la responsabilité de coordonner la mission de sauvetage.

Le JRCC a immédiatement lancé un appel de secours relais MAYDAY à tous les bateaux et à 20:30 UTC, un avion Challenger a décollé de Perth, muni d’une pompe à eau pour la lancer à bord du bateau, et pour constater la situation et prendre des photos des dégâts sur Laaland. L’avion est arrivé sur zone à 23:09 UTC et l’équipage a pu communiquer avec Lepage par radio VHF . Loïc a précisé qu’il effectuait des réparations sur son moteur et qu’il n’avait pas besoin de la pompe ou de tout autre outil. Il a aussi confirmé que le flux d’eau faisait environ 160 litres par heure mais que les pompes à bord fonctionnaient. L’équipe de l’avion a rapporté que le mât ne semblait pas être attaché au bateau et qu’aucun autre dommage n’était visible à l’extérieur.

Au même moment le JRCC Aus. a continué à chercher assistance auprès de navires marchands, pendant que les organisateurs de la GGR essayaient de communiquer avec d’autres voiliers dans la zone de l’incident. Deux navires ont prévenu qu’ils ne pouvaient porter assistance à cause des très mauvaises conditions météo mettant leur sécurité en danger. —A 00:28 UTC, un RAAF P8, avion de recherche et de sauvetage a été missionné pour survoler la zone et plus tard un avion civil s’est rendu de Sydney à Perth en position de réserve. Le Stoker, un navire des Services Maritimes a aussi été appelé en stand-by. —

A 01:22 UTC, Francis Tolan, skipper du voilier Alizés II, un Bénéteau Océan 43 participant à la Longue Route, une course sans escale sans assistance autour du monde, a proposé assistance étant à quelques 300 milles Nord Ouest de Laaland.

Puis à 3:14 UTC, le cargo Shiosai (APPROX POS) a aussi accepté de porter assistance et a dévié sa route vers la zone de détresse.

A 05:07 UTC les organisateurs de la GGR ont parlé à Lepage par téléphone satellite. Le Français a précisé que le niveau de l’eau restait stable, que les pompes fonctionnaient toujours et qu’il ne risquait pas de couler dans l’immédiat. Il a aussi confirmé que le moteur a été noyé par l’eau pénétrant dans le bateau et qu’il ne démarrait pas et aussi qu’un gréement de fortune devait être mis au point. Laaland continue de dériver position 38°50.33’ Sud 104°15.27 Est, et Loïc demandait d’être secouru et de quitter le navire.

Le JRCC d’Australie a l’intention d’avoir recours au MV Shiosai et au voilier Alizés II pour la mission de sauvetage en surface et de garder le Stocker en stand-by jusqu’à Lundi 22 Octobre quand une décision sera prise selon l’évolution des conditions météo et la progression de Shiosai et d’Alizés II dans la nuit.

De plus un RAAF P8, avion de recherche et de secours fera un vol direct de Learnmonth à la zone de détresse avec un ETA prévu à 00:30 UTC Lundi. Deux autres avions ont été missionnés pour survoler la zone dès maintenant et jusqu’à la fin de l’opération.

Mark Slats 2nd à BoatShed.com Hobart Film Gate

Le Hollandais Mark Slats, né en Australie et 2e de la course, est arrivé au BoatShed.com Hobart film gate (point de dépose des films et correspondances) au lever du jour Dimanche et a profité du soleil et de la chaleur pour sécher ses vêtements et son sac de couchage humides et aussi pour vérifier le gréement de son Rustler 36 Ohpen Maverick.—

Relatant ses expériences de navigation dans l’Océan Indien il a raconté :

"C’était plutôt dur, mais je continue et le bateau est en bon état donc je suis content. L’Océan Indien a été difficile et fatiguant pendant longtemps. On dit que le Pacifique est bien mieux, ça je l’espère !"

Au sujet de la tempête qui a fait chavirer et démâter l’Indien Abhilash Tomy and l’Irlandais Gregor McGuckin il a dit :

“La mer était déchaînée et les vagues énormes -jusqu’à 15 mètres de haut. J’ai pris une vague par l’arrière qui a rempli le bateau et tout était trempé à l’intérieur".

— Il pense qu’il a eu de la chance avec le temps mais il se rappelle :

“J’ai eu 9 jours de calmes puis 5 jours d’affilée à 40-50 noeuds avec des vents de face Nord Est. Ca m’a vraiment mis en l’air et j’ai été vraiment déprimé...mais 10 minutes de bons vents et une bonne allure et tout va bien à nouveau ! ".—

Quand Mark est parti des Sables d’Olonne avec le reste de la flotte GGR le 1er Juillet, il avait oublié ses gants mais il a résolu le problème en enfilant sur ses mains des chaussettes en néoprène par mauvais temps et en coupant un pull pour faire une paire de mitaines pour piloter. -

“La pire avarie a été celle avec l’électricité ,” ajoute-t-il “Je n’avais aucune façon de recharger les batteries, pas de radio et pas de radiocassette. J’en avais 2 et 2 walkman mais tout a été mouillé. Seule ma radio VHF et mon AIS marchent encore". —La semaine dernière Mark a cru s’être fracturé une côte quand une boîte à outils l’a blessé en tombant violemment sur lui, à un moment où le bateau s’est couché. Aujourd’hui, c’est oublié. "Oh, ce n’est pas un problème. Ca fait seulement un peu mal quand je m’allonge trop longtemps". —

Après 90 minutes, Slats a hissé les voiles et s’en est allé à la poursuite du premier, le skipper français Jean-Luc Van Den Heede qui est à pas moins de 2000 milles du Cap Horn, le prochain grand tournant de la course...


Voir en ligne : Press info www.goldengloberace.com


- Cartographie : www.goldengloberace.com/livetracker/

Portfolio



A la une