SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Le Havre - Martinique en double

Transat Jacques Vabre 2021 : Rogues & Souben vainqueurs en 50’ devant Le Roux & Macaire et Goodchild & Chappellier

mardi 23 novembre 2021Information Transat Jacques Vabre

Lundi 22 novembre, à 21 heures 54 minutes et 14 secondes en Martinique (mardi 23, à 2 heures 54 minutes et 14 secondes en heure métropolitaine), Sébastien Rogues et Matthieu Souben ont franchi la ligne d’arrivée de la 15e édition de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 Normandie Le Havre en première position de la catégorie Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 . Le duo aura mis 15 jours 13 heures 27 minutes et 14 secondes pour parcourir les 5 800 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 15,40 nœuds, mais il a réellement parcouru 6536,56 milles à 17,50 nœuds.

C’est dans la nuit noire, éclairée par la pleine lune, et arrosée par une pluie fine, que Primonial a coupé la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 2021 mouillée à l’entrée de la baie de Fort-de-France. Les deux marins, Sébastien Rogues et Matthieu Souben, sont les premiers des 150 encore en course à rallier la Martinique. Dès le passage du Rocher du Diamant, au sud de l’île, ils ont commencé à célébrer, avant de laisser totalement exploser leur joie au passage de la ligne.

Les premières réactions :

Sébastien Rogues : "Nous sommes heureux des efforts qui ont été menés, nous nous sommes donnés, sans rien garder, et ça a payé. C’est génial. Passer 15 jours sur le bateau avec Matthieu a été un plaisir. Nous avons exactement la même conception de la navigation, nous sommes toujours en phase sur la manière d’utiliser un bateau, sur le rythme, le tempo. La différence s’est faite à beaucoup d’endroits, il fallait de la rigueur. Nous arrivons avec un bateau qui n’a subi aucune casse, rien. Peut-être que nous avons perdu le capuchon du stylo, mais ça s’arrête à peu près là. Ce sont des moments rares dans une vie. Nous allons profiter, savourer."

Matthieu Souben : "L’aventure Aventure humaine, l’aventure Aventure sportive, c’est plein d’émotions en même temps. Nous rendons une très, très belle copie, donc c’est le plaisir du travail bien fait aussi. De ne pas avoir eu de problèmes, ou d’avoir su les gérer. Nous ne nous attendions pas à ce que ça soit facile, nous avions dit avant le départ qu’il n’y avait pas de favori. Nous sommes très contents, elle est vraiment belle celle-là, nous n’avons pas fini de savourer. Cette transat a été dure car elle a été longue, plus longue que prévu. Elle a demandé beaucoup d’engagement, le jeu Jeu #jeu d’échecs sur l’Atlantique a commencé dès Ouessant, c’est très tôt. Nous avons laissé beaucoup d’énergie et nous arrivons à plat."

Mardi 23 novembre, à 00 heure 22 minutes et 12 secondes en Martinique (5 heures 22 minutes et 12 secondes en heure métropolitaine), Erwan Le Roux et Xavier Macaire ont franchi la ligne d’arrivée de la 15e édition de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 Normandie Le Havre en 2e position de la catégorie Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 . Koesio aura mis 15 jours 15 heures 55 minutes et 12 secondes pour parcourir les 5 800 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 15,30 nœuds, mais il a réellement parcouru 6 626,30 milles à 17,63 nœuds. Son écart au premier, Primonial, est de 2 heures 27 minutes et 58 secondes.

Premiers mots d’Erwan Le Roux et Xavier Macaire :

Erwan Le Roux : “Nous avons fait une super course avec Xavier à bord de Koesio. Nous n’avons rien lâché, nous avons animé le débat et avons joué les premiers rôles. Ça s’est ensuite joué à Tenerife, à Madère, où Primonial a choisi une autre option et a eu jusqu’à 200 milles d’avance. Ils ont super bien navigué, ils ont été vite tout le temps et ils méritent leur victoire. J’ai été subjugué par leur vitesse Vitesse #speedsailing et par leur réussite stratégique. Bravo à eux.

Pour qu’il y ait une belle régate, il faut des bons concurrents et je pense qu’avec Leyton, Primonial et Solidaires en Peloton - Arsep, et toute la classe de manière générale, c’était assez serré. Il n’y a pas eu de gros écarts et la régate a été intense. Cette deuxième place nous va a merveille."

Xavier Macaire : “Super satisfaisant. Nous avions envie de bien faire, mais nous ne savions pas trop comment nous situer. Très vite, dès la première nuit, nous étions aux avant-postes, puis au bout de deux jours nous étions en tête. Nous y sommes restés quelques jours. Ce fut une belle aventure, un eau bateau, un beau partenaire, un beau skipper, une belle course, je suis ravi ! Je suis très content de cette participation avec Erwan, sur ce bateau formidable et ce parcours gigantesque.

Nous avons bien donné tout en nous préservant. Une transat, c’est éprouvant. Maintenant, nous avons l’habitude et ça devient une normalité. Mais ça ce l’est pas. Ça reste une épreuve éprouvante pour le corps, la fatigue, dans des conditions humides et chaudes avec des efforts à faire dans les manoeuvres, des réflexions à avoir dans les stratégies. Pour autant, nous arrivons lucides et frais et je pense que c’est ce qu’il faut faire pour faire un résultat.

Ça fait toujours quelque chose d’arriver d’une transat, il s’est passé beaucoup de choses. C’étaient quinze jours de régate qui marquent une vie donc forcément ça fait quelque chose d’arriver."

Mardi 23 novembre, à 1 heure 42 minutes et 43 secondes en Martinique (6 heures 42 minutes et 43 secondes en heure métropolitaine), Sam Goodchild et Aymeric Chappellier ont franchi la ligne d’arrivée de la 15e édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre en troisième position de la catégorie Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 . Leyton aura mis 15 jours 17 heures 15 minutes et 43 secondes pour parcourir les 5 800 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 15,24 nœuds, mais il a réellement parcouru 6680,21 milles à 17,71 nœuds. Son écart au premier, Primonial, est de 3 heures 48 minutes et 29 secondes.

Premiers mots de Sam Goodchild et Aymeric Chappellier

Sam Goodchild : “Nous sommes moins fatigués qu’il y a quelques jours. Après le passage de Fernando de Noronha, nous avons fait des empannages pendant deux jours le long des côtes brésiliennes pour tenter de rattraper les autres. Nous avons trouvé un bon trou de souris pour passer le Pot-au-noir, ce qui nous a permis d’avoir un meilleur angle par rapport aux autres, ça nous a ramené dans le match.

C’était notre première transat sur ce support, ce n’est pas du tout le même exercice. Ce sont des bateaux extraordinaires qui peuvent aller très vite, donc il faut faire attention. Nous avons appris énormément de choses."

Aymeric Chappellier : "Nous savions d’entrée de jeu Jeu #jeu que tous les bateaux pouvaient gagner, nous avons bien vu sur l’eau qu’il y a eu pas mal de changements, donc une troisième place se savoure !

C’était très intenses avec tous les empannages, nous avons tout donné ! Nous savourons, tous les bateaux pouvaient gagner, il y a eu beaucoup de changements. Sur cette transat, je retiens qu’il fallait être lucide et très bon d’entrée de jeu. Les écarts se sont creusés rapidement et les deux ou trois milles perdus à Cherbourg nous ont coûté très cher. Nous sommes passés par tous nos états, de la peur, de la crainte, de la joie et celle de savoir revenir après dans le Pot-au-noir grâce à une bonne lecture de la zone de Marcel Van Triest, notre routeur.”



A la une