Sea, Sail & Surf news

Du grand large à la plage : L’actualité des sports de glisse depuis 2000

Imoca | Transat en solitaire

New York Vendée - Les Sables d’Olonne : Victoire de Charlie Dalin avec 330 milles d’avance

samedi 8 juin 2024Redaction SSS [Source RP]

À 23h 44mn et 30s très exactement samedi 8 juin, l’Imoca Imoca #IMOCA MACIF Santé Prévoyance franchissait la ligne d’arrivée devant le célèbre port vendéen en grand vainqueur d’une course folle. Largement en tête depuis le 3 juin dernier, le skipper havrais est arrivé aux Sables d’Olonne avec 330 milles d’avance sur son plus proche poursuivant, Boris Herrmann, et 620 milles sur le reste de la flotte.

« Je suis vraiment heureux de cette victoire ! C’était une super traversée depuis New York. C’était la dernière répétition avant le Vendée Globe, c’était donc une course importante. Nous avons montré à la concurrence que nous étions présents et j’ai retrouvé mon niveau de compétition. MACIF Santé Prévoyance est un bateau génial, il navigue bien dans toutes les conditions, il est vraiment agréable à vivre. J’ai pris énormément de plaisir du début à la fin… » confiait Charlie Dalin, tout sourire, quelques minutes après la ligne d’arrivée.

Un an tout juste après la mise à l’eau de son nouvel IMOCA Imoca #IMOCA , voici donc le skipper de MACIF Santé Prévoyance sur la plus haute marche du podium de la toute dernière course avant le tour du monde en solitaire. De bonne augure pour s’élancer en confiance autour de la planète !

Avec 3 733,8 milles parcourus à la vitesse Vitesse #speedsailing de 15,3 nœuds (sur le fond) en 10 jours 03h 44 mn et 30 s, Charlie Dalin est parvenu à déjouer les pièges météo, trouver la porte de sortie d’une système dépressionnaire ardu, poursuivre sur une route médiane à travers l’Atlantique et manœuvrer le long d’un anticyclone tentaculaire. De la belle stratégie, de la vitesse Vitesse #speedsailing pure, des manœuvres bien faites :

« Le tournant de la course s’est joué 3-4 jours après le départ. Il y avait un front associé à un centre dépressionnaire à passer, j’étais un peu devant à ce moment-là et j’ai réussi à ne pas me faire aspirer. Cela s’est joué à très peu de choses. Une quinzaine d’heures plus tard, j’ai failli de nouveau me faire aspirer par ce système. Je n’ai jamais cessé de naviguer avec de l’intensité. J’ai pris un rythme de long terme comme sur un Vendée Globe et j’ai attaqué. J’ai fait des pointes à 30 nœuds même à quelques heures de l’arrivée. J’étais pied au plancher, c’était l’objectif d’y aller à fond… la structure a tenu le choc et c’est une bonne chose. » explique le skipper de MACIF Santé Prévoyance.

Une énorme satisfaction et un gain de confiance pour Charlie et toute son équipe qui vont continuer à apporter quelques améliorations d’ici le départ du Vendée Globe, même si l’Imoca Imoca #IMOCA MACIF Santé Prévoyance n’a connu aucun problème technique durant cette New York - Vendée. Charlie confirme :

« Je fais des courses pour gagner, et aujourd’hui, c’est important pour me redonner confiance dans ma capacité à gagner. Ça s’est validé ! Mon bateau est performant à toutes les allures, au près, au portant, au vent de travers… Pour toute l’équipe, c’est génial. Tout le monde a bossé à fond, je n’ai eu pratiquement aucun problème technique, ce qui m’a permis de me concentrer en permanence sur la vitesse du bateau. »

- Communiqué Agence disobey. / www.macif.fr/Imoca_macif


Voir en ligne : Cartographie



A la une