Sea, Sail & Surf news

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Imoca groupe Dubreuil

Sébastien Simon : "J’aime beaucoup la Transat Jacques Vabre, c’est une super course"

vendredi 20 octobre 2023Redaction SSS [Source RP]

Trois mois après avoir annoncé un nouveau projet IMOCA Imoca #IMOCA avec le groupe Dubreuil, Sébastien Simon s’apprête à s’élancer dans un sacré contre-la-montre. Il disputera la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 (départ le 29 octobre) en double avec l’Espagnol Iker Martinez puis la nouvelle course en solitaire Retour à la Base (départ le 26 novembre). Objectifs : retrouver le rythme et les automatismes du bord, et tout faire pour se qualifier pour le Vendée Globe.

C’est comme si tout s’était accéléré pour Sébastien Simon qui savoure cette période et ce qui l’attend. Son nouveau défi, celui qui monopolise tout son temps, son attention et aiguise son enthousiasme, a débuté. À 33 ans, le Vendéen s’élance avec humilité dans un incroyable challenge : prendre en main un monocoque IMOCA Imoca #IMOCA 60’ de dernière génération - l’ex 11th Hour Racing vainqueur de The Ocean Race the Ocean Race The Ocean Race et Volvo Ocean Race et rebaptisé Groupe Dubreuil - disputer deux transatlantiques cette année et deux autres l’an prochain. En ligne de mire, il y a l’événement majeur de la course au large, le Vendée Globe en novembre 2024, la course qui l’a toujours fait rêver et pour laquelle le groupe familial et vendéen Dubreuil s’est engagé à ses côtés.

Iker Martinez, l’expérience au cœur

Sébastien Simon connaît trop les aléas de la discipline pour savoir l’importance de réussir chaque étape qui le mène jusqu’au tour du monde. La première d’entre elles est de constituer une équipe : le tout nouveau Groupe Dubreuil Sailing Team, un collectif qui pourra l’entourer tout au long de son aventure Aventure . Ensuite, place à un premier test grandeur nature : la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 dont le départ aura lieu le 29 octobre prochain depuis Le Havre. Il pourra compter sur le soutien d’Iker Martinez qui le suit depuis ses débuts en IMOCA Imoca #IMOCA , et avec qui il a déjà fait une transatlantique en convoyage en 2021. Le skipper espagnol de 47 ans, champion olympique en 2004 et médaille d’argent en 2008 (49er), est un habitué de la course hauturière, lui qui compte cinq Volvo Ocean Race au compteur et un tour du monde en IMOCA (Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace ). Ensemble, ils vont s’attacher à prendre en main ce monocoque mis à l’eau en 2021, mis au point par le navigateur américain Charlie Enright et récent vainqueur du tour du monde en équipage.

L’enjeu est de taille : il convient de gagner en expérience, d’apprendre à connaître l’IMOCA Groupe Dubreuil, de retrouver le rythme de la compétition au large, certes, mais pas seulement. À l’arrivée à Fort-de-France, le temps sera compté pour remettre le bateau en état après une traversée de l’Atlantique toujours éprouvante, et se préparer pour une autre course : le Retour à la Base, dont le départ aura lieu le 26 novembre. Disputée en solitaire cette fois, cette transatlantique de Fort-de-France à Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. , est sélective et qualificative pour le Vendée Globe. De quoi mettre à l’épreuve les skippers et leur monture, d’autant que les conditions peuvent être particulièrement relevées en Atlantique Nord à cette période de l’année.

Le Vendée Globe en ligne de mire

Après les fêtes et une phase de chantier, ce sera déjà le temps du rush final avec The Transat The Transat #thetransat #ostar CIC en avril, New York Vendée – Les Sables d’Olonne fin mai, le Défi Azimut en septembre et le Vendée Globe en novembre. Sébastien Simon aborde cette période avec détermination et engagement. D’ailleurs, le Vendéen ne manque pas d’expérience. Il a débuté la compétition jeune en dériveur et terminé sur le podium des championnats du monde, a suivi des études d’ingénieur puis a poursuivi son apprentissage auprès d’Yves Parlier avant de se lancer à fond dans la course au large. Vainqueur de la sélection Bretagne CMB, il a remporté la Solitaire du Figaro Solitaire du Figaro #LaSolitaire cinq ans plus tard, en 2018.

Une victoire qui lui ouvre les portes de la classe IMOCA, avec un projet très ambitieux et un bateau au design extrême mis à l’eau un an et demi avant le Vendée Globe 2020. Malgré plusieurs avaries, Sébastien Simon a toujours tenu bon. 4e au cap de Bonne Espérance, il est contraint à l’abandon après avoir heurté un Ofni. Aussitôt après avoir officialisé son retrait de la course, le skipper a assuré : « je n’ai qu’une envie, c’est d’être présent à la prochaine édition ».

Quelques mois plus tard pourtant, plus de sponsor. Malgré le coup dur, ‘Seb’ cogite mais ne se laisse pas abattre, il dispute un half Ironman avant de s’engager sur The Ocean Race the Ocean Race The Ocean Race et Volvo Ocean Race , une course autour du monde avec escales aux côtés de Benjamin Dutreux. C’est alors qu’il reçoit un texto de Paul-Henri Dubreuil. « Il m’a simplement dit qu’il s’était décidé à faire le Vendée Globe pour les 100 ans du Groupe ». Quelques jours plus tard, le bateau est trouvé. « On s’est dit banco » résume ‘Seb’, sourire aux lèvres et si heureux de se lancer dans une nouvelle aventure Aventure entrepreneuriale, humaine et d’équipe, qui va lui permettre de retrouver le large en solitaire.

Le jeune skipper vendéen fera tout pour faire honneur à son partenaire groupe Dubreuil lors de sa première course sous ses couleurs. Avec une arrivée à Fort-de-France, une des places fortes d’Air Caraïbes, filiale du Groupe, c’est donc l’arbre du voyageur qui sera déployé sur les voiles de son IMOCA Groupe Dubreuil qui sera, à coup sûr, l’un des bateaux les plus attendus à l’arrivée de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 en Martinique !

ILS ONT DIT

Sébastien Simon, skipper de l’IMOCA Groupe Dubreuil : « J’ai une chance incroyable de pouvoir naviguer à bord de ce bateau, avec ce partenaire, avec cette équipe et ce co-skipper. Nous avons des objectifs élevés puisque nous aspirons à être au départ du Vendée Globe mais nous tenons aussi à prendre du plaisir, à ne jamais oublier la chance qu’on a de pouvoir naviguer sur ces courses mythiques. Au fond de moi, j’ai toujours eu envie d’avoir cette deuxième chance. Dès mon abandon lors de la dernière édition du Vendée Globe, je ne pensais qu’à y revenir. Finalement, j’ai eu raison de persévérer : il a suffi d’un texto pour tout déclencher. Ce qui me plait dans ce genre de projets, c’est le fait qu’il s’agisse d’une vraie aventure collective avec les partenaires et l’équipe technique. Humainement, chaque jour est à la fois passionnant et enrichissant. On aborde ce projet avec beaucoup d’humilité, on va renouer au fur et à mesure avec la compétition. Je sais que j’ai besoin de passer du temps sur l’eau et qu’il faudra faire nos preuves. J’aime beaucoup la Transat Jacques Vabre, c’est une super course. Le fait d’aller en Martinique, territoire d’Air Caraïbes qui est une filiale de mon partenaire, le groupe Dubreuil, ça ajoute une dimension supplémentaire. On va tout mettre en œuvre pour leur faire honneur ! »

Iker Martinez, co-skipper de l’IMOCA Groupe Dubreuil : « Je suis très heureux de faire partie de ce nouveau projet avec ‘Seb’. J’avais déjà travaillé avec lui pour son précédent projet. Tout était en stand-by jusqu’à ce que ça se déclenche cet été pour le prochain Vendée Globe. Il a voulu commencer vite parce qu’on n’a pas beaucoup de temps. J’ai dit d’accord, j’ai déménagé en France aux Sables d’Olonne, ça a été un grand changement au niveau logistique et familial. Mais bon ça navigue ! On rencontre des nouvelles équipes, des gens différents. Il y a un côté joli à ça. C’est une équipe très jeune, avec Seb à 110% en chef d’entreprise pour avoir une équipe performante. C’est une belle histoire Histoire #histoire qui commence et j’essaye d’aider tout ce que je peux. »


- Communiqué Cécile Gutierrez / www.groupedubreuil.com/transat-jacques-vabre-2023


A la une