SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

France Funboard • Et. 1 Carro

Pas de véritable surprise chez les funboarders

jeudi 27 mars 2003Information AFF

Il est 08H30 ce matin quand les juges arrivent sur le spot de Carro. Certains coureurs sont déjà sur les lieux. Comme les arbitres, ils viennent prendre la température, histoire Histoire #histoire de voir si les prévisions météorologiques de la veille ont des chances de se confirmer. Ensemble, ils attendent avec impatience le bulletin du matin… La nouvelle tombe et se résume par ses quelques mots : « Ca va le faire !?! »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le message est vraiment simpliste pour résumer à lui seul une situation météorologique un peu complexe ; mais en langage de windsurfer ça veut tout dire. La preuve, les gréements stockés dans la grande tente mise à la disposition des coureurs par les organisateurs, prennent l’air pour la 1re fois de la semaine. La petite plage qui sert de mise à l’eau est très rapidement encombrée de voiles multicolores, qui égayent quelque peu un ciel désespérément gris et bas. Malgré une fraîcheur matinale qui contraste avec la douceur des journées précédentes, il flotte comme un parfum d’optimisme sur le parking.

Il est 10H00 quand le directeur de course annonce que le vent va s’orienter au secteur est sud/est en fin de matinée, pour atteindre 15 à 20 nœuds, puis 25 à 35 nœuds sous rafales dans l’après midi. Comme il n’y a pas de vague, la discipline retenue pour aujourd’hui sera le freestyle.

C’est tout à fait le genre d’information qui réveille les retardataires. Dommage pour eux, il n’y a plus de place sur la plage pour poser le moindre aileron de planche !

Après l’excitation du 1er « skippers meeting » (réunion des coureurs en français dans le texte…), la tension retombe quelque peu. La faute à un décalage entre des prévisions peut-être optimistes et une réalité de terrain qui impose, une fois de plus, d’attendre que les informations du matin se confirment. Le vent est bien orienté à l’est, mais il est quelque peu fébrile. Cette situation perdure jusqu’à l’heure du déjeuner. Tout le monde se retrouve donc dans le restaurant installé dans le superbe village de la compétition.

Anton sort Sifferlen…

Le déjeuner est assez vite perturbé par des drapeaux et des oriflammes qui commencent à s’agiter dans tous les sens et qui rappellent aux compétiteurs qu’il faut être attentif aux consignes de la direction de course. Les organisateurs n’ont que faire d’une quelconque pause déjeuner ; si le vent est au rendez-vous, il faut y aller. Il est 13H00 quand le pavillon vert de la poule n° 1 est hissé au mât de la tour des juges. Les conditions sont loin d’être exceptionnelles, mais peu importe, les règles de course ne rentrent pas dans ce type de considération. Il y a du vent (12 à 15 nœuds pour le moment…) et les conditions sont acceptables aux yeux des officiels. Par conséquent la 1re épreuve de Freestyle du « Bouygues Telecom - Rip Curl Funboard Tour 2003 » est lancée.

La première surprise du jour arrive dans la poule n° 4. Yannick Anton et Colin Sifferlen s’y retrouvent en compagnie de Raphaël Benhamou. On connaît le talent de Yannick dans les grosses vagues et celui de Colin sur des plans d’eau plus propices au Freestyle. Après une lutte acharnée dans des conditions très limites, mais toujours acceptables, le « big wave rider » de Nice sort le « king of the lake » Calédonien !!! Quelle déception pour ce grand favori. Oui mais voila, c’est à cet instant que la magie de la « dingle » intervient. Pour ceux qui ont bien suivi la leçon d’hier (communiqué du 26 mars…), Colin Sifferlen va se retrouver au prochain tour, dans une poule de repêchage. Si il en sort vainqueur, ce qui risque tout de même d’être le cas vu la pression que le garçon vient de se mettre sur les épaules à la suite de ce demi échec, il accèdera, comme Yannick Anton, aux stades des 1/8e de finale. Avertissement sans frais, du moins pour l’instant, pour l’un des prétendants au titre.

Le vent monte un peu d’un cran à l’approche du 2e tour, pour atteindre parfois les 20 nœuds, ce qui redonne le sourire au directeur de course et à son staff : « C’est toujours délicat de faire courir une épreuve de ce niveau là dans des conditions qui ne sont pas optimales. Effectivement c’est acceptable et nous sommes parfaitement dans l’esprit de la règle. Mais bon, il faut reconnaître que ce n’est pas extraordinaire ce que l’on voit pour l’instant ; seuls les ténors passent à travers. Tu irais sur l’eau toi avec des conditions pareilles ? »

« Heu… Excuse moi Francky, je n’ai pas le temps, j’ai un communiqué à préparer ! »

Époustouflant Thomas Traversa…

Le 2e tour est couru dans un vent qui varie entre 15 et 20 nœuds. Les jeunes riders, inconnus jusqu’à ce jour, démontrent qu’ils ont passé plus de temps sur l’eau qu’à la maison pour réviser les devoirs. Le plus talentueux d’entre eux étant Thomas Traversa. Le gamin d’Aubagne sort le grand jeu Jeu #jeu . Il dévoile à tous les observateurs présents, la panoplie complète du parfait freestyler. Il se paye même le luxe de sortir des figures inédites encore en AFW. Ces mêmes figures qui font les beaux jours des dernières épreuves de la Coupe du Monde ! Vous dire le niveau…

Il passe donc sans encombre ce deuxième tour, au cours duquel il faut bien le dire, il n’y a aucune véritable surprise.

Après quelques poules d’annulées et à l’heure où nous écrivons ces lignes, la compétition atteint le 3e tour. Nous vous donnons donc rendez-vous demain pour suivre le dénouement de cette belle journée. La météo confirme un coup de vent d’est. Le spectacle est en route…

Rendez-vous demain vendredi 28 mars sur le port de Carro, pour la suite des événements à 10H00.


Dans la même rubrique

Championnat de France Funboard : Ouverture du championnat de France de funboard à Carro

Funboard Tour - La Torche : Thierry Belbéoc’h triomphe à La Torche

Funboard Tour - La Torche : Hervé Leroux s’adjuge la super session !

Funboard tour - La Torche : Thierry Belbéoc’h enfin couronné !


A la une