SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Edito

La déontologie de SeaSailSurf.com en question

Fin du Trophée SeaSailSurf.com des Minis

lundi 26 mai 2003Christophe Guigueno

Dans un courrier qui m’est personnellement adressé, Patrick Benoiton, l’actuel président de la Classe Mini, me parle de déontologie en raison de mes fonctions de responsable éditorial de SeaSailSurf.com et de mes activités en communication pour différents coureurs dont Fred Duthil en Mini 650. Cela mérite une explication puisque c’est une question que l’on me pose occasionnellement.

Le premier élément de réponse consiste à préciser, pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, que SeaSailSurf.com est gratuit ! GRATUIT ! GRATUIT !! Vous êtes en moyenne 300 visiteurs différents à venir y lire des informations gratuites tous les jours. Chacune de vos visites ne me rapportent rien. Les accès payants des vidéos sont négligeables et les publicités ne rapportent une modique somme que si vous cliquez dessus !

J’ai créé SeaSailSurf.com en février 2000 ce qui signifie trois années de travail sept jours sur sept (sans vacances, congés payés et revenus). Je ne dit pas cela pour m’apitoyer car c’est une situation que j’ai choisie et que j’assume.

Pour gagner ma vie, je travaille occasionnellement avec des magazines de voile, une agence de presse à Paris, je vend des photos et fais des sites internet (comme celui de Pierre Rolland par exemple). Je vend aussi mes services de communication sous la forme de site internet, rédaction de communiqués de presse et services de relations presse et sponsors. Sans ces activités, il n’y aurait plus de SeaSailSurf.com depuis longtemps. Or le nombre toujours croissant de visiteurs montre que le site a fait sa place dans les média nautiques en France et à l’international.

Enfin, étant donné l’impossibilité actuelle de faire des revenus avec le site, SeaSailSurf.com n’est pas une société de presse. Moi-même, si j’ai un diplôme de journaliste d’une école reconnue par la profession, je n’ai plus la carte de presse. Et je ne la demande pas.

En ce qui concerne la déontologie, je crois la gérer au mieux. Cela veut dire que je n’ai jamais caché travailler aussi avec des coureurs. Ils disposent d’ailleurs de liens directs vers leurs sites depuis SeaSailSurf.com et leurs communiqués de presse y sont publiés. Pour le suivi des courses, je les met parfois en avant mais simplement par le fait que je les connais mieux que d’autres et je sais que j’aurais auprès d’eux des informations pertinentes.

Mais les autres coureurs ont aussi leur place sur SeaSailSurf.com. Heureusement ! Je tiens d’ailleurs à remercier pour l’occasion, les nombreuses et nombreux attaché(e)s de presse qui envoient des informations pertinentes à la rédaction via leur mailing listes presse. Qu’il (ou elles) travaillent pour des coureurs ou des courses (ce que j’ai fait moi-même aussi), leurs communiqués sont mis en ligne sur SeaSailSurf.com s’ils sont jugés utiles à votre information. Et dans ces cas, il est toujours précisé qu’il s’agit d’information presse avec le crédit et un lien retour vers le site du coureur ou de la course. Faites bien attention, ce n’est pas le cas de tout le monde sur le web.

Tout cela, ce sont des règles de conduite que me suis fixé et qui sont ma propre déontologie. De plus, je ne considère pas SeaSailSurf.com comme un support de publicité gratuit pour les sponsors ou professionnels du nautisme. Cette indépendance se paye mais je suis fier de donner la parole à Greenpeace quand ils s’opposent au sponsoring d’Areva pour un voilier français portant les couleurs du nucléaire à Auckland. Mais aussi, je suis fier de publier des photos des barils de Greenpeace, laissés à l’abandon dans la base sous-marine de Lorient. Une photo qui a fait réagir Greenpeace France dont le directeur m’a aussitôt appelé et fait retirer ses bidons. Je suis aussi fier de trouver choquant la lettre ouverte des skippers de multicoques qui ont dit oui à Total. Je trouve aussi normal d’expliquer pourquoi le Néo Zélandais Chris Sayer ne fera pas la Mini 2003 ou pourquoi Fred Duthil n’est pas autorisé à prendre le départ du Mini-Pavois ainsi qu’à m’étonner sur les formes.

La déontologie des journalistes, c’est avant tout de garder son autonomie et de résister aux pressions extérieurs quand, par exemple, le service de communication de Bénéteau veut m’empêcher de publier des photos du nouveau Figaro-Bénéteau 2 avant sa présentation officielle en août 2002 ou quand le service de Belgacom veut m’empêcher de publier des photos de leur trimaran parce que la décoration n’a pas encore été présentée en Belgique. Et je vous passe les discours et menaces liées… 

Alors, parce que SeaSailSurf.com est gratuit et est quelque peu indépendant, la déontologie du site n’a rien à envier à celles d’organismes de presse reconnus. J’admet par contre le droit de commettre des erreurs et d’écrire des bêtises. Les critiques constructives et commentaires sont d’ailleurs toujours les bienvenus. Cela peut se corriger. Quant à la déontologie du site, je crois qu’elle se porte encore pas trop mal.

Enfin, j’ajouterai un mot sur le Trophée SeaSailSurf.com des Minis. C’est un classement à l’année que j’ai créé pour les skippers et équipiers régatant à l’année en mini. Je trouvais que cela manquait et qu’il fallait bien que quelqu’un le fasse un jour pour montrer que les minis sont des voiliers de grande classe, tout comme leurs skippers. Pour montrer que ce sont des bateaux qui naviguent beaucoup et ont un beau calendrier. Pour montrer qu’il n’y a pas que la Mini-Transat tous les deux ans. Pour montrer qu’il y a de plus en plus d’étrangers à venir naviguer à mini. Pour montrer que l’on peut communiquer toute l’année avec un mini et donc attirer des sponsors bien avant la Transat 650. Pour montrer que SeaSailSurf.com s’implique et fait tout pour aider cette catégorie de bateaux à les aider à se faire connaître. Mais je me suis trompé. Le Trophée SeaSailSurf.com des Minis s’arrête donc aujourd’hui. A ceux qui l’ont critiqué de faire mieux !

Pour ma part, je me tiendrai toujours à ce rôle d’observateur, de critique parfois, et surtout de soutient pour les navigateurs et organisateurs de courses qu’ils s’occupent de minis, de maxis ou de multis.

Pour vos commentaires à ce sujet, vous disposez du forum par article ci-dessous ou, mieux, de la rubrique SeaSailSurf.com Le Site dans le forum général.



A la une