SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Alain Colas

Thomas Coville : "Je voulais boucler ma trace"

"Il faudrait qu’aujourd’hui je ne sois pas un compétiteur pour ne pas être déçu"

jeudi 31 mars 2011Redaction SSS [Source RP]

Parti le samedi 29 janvier à 12h07’28’’ (HF) sur le record Record #sailingrecord du tour du monde en solitaire, le skipper de SODEBO a franchi la ligne à Ouessant aujourd’hui jeudi 31 mars 2011 à 13h15 (HF) après 61 jours, 7 minutes et 32 secondes de mer. Il aura mis 3 jours, 10 heures, 43 minutes et 26 secondes de plus que Francis Joyon sur IDEC en 2008 (57j 13h34’06’’).

Premiers commentaires du skipper de Sodebo joint cet après-midi à bord de son trimaran en convoyage vers La Trinité-Sur-Mer.

Dernière nuit en mer

"La dernière nuit est toujours dense et particulière parce qu’on cumule beaucoup de fatigue. On enchaine les manœuvres, le fait d’avoir la terre proche te demande d’être encore plus vigilant. Une navigation difficile vers un point de chute qui t’impose d’être précis. Il y avait du trafic, je suis passé deux fois à moins de 50 mètres d’un cargo à une vitesse Vitesse #speedsailing élevée. Il y avait vraiment du mauvais temps avec 5 mètres de creux et 30 nœuds de vent. Rien n’est fait tant que la ligne n’est pas franchie."

Pudiques

"Pendant 60 jours, tu ne vois personne, tu n’entends que des voix et tout d’un coup apparait un zodiac qui sort de la brume. Il se rapproche et tu retrouves des visages familiers, ceux de ton équipe, aussi marqués que toi. J’ai craqué à ce moment là, Thierry Briend et Thierry Douillard étaient avec moi tous les jours au téléphone, ils savent ce que nous avons fait ensemble. Je me suis isolé pour reprendre mes esprits. Nous avons remis le bateau en route ensemble, nous nous sommes retrouvés dans l’action. En voyant le bateau, ils visualisent tout de suite ce qui s’est passé pendant le périple. Ils sont aussi pudiques que moi, donc ce n’était pas une grande accolade de militaire. C’était assez simple et très fort à la fois."

Ne pas se dérober

"Les 50 premiers jours n’ont pas été faciles mais j’ai eu un réel plaisir à faire ce parcours et à y croire. La dernière semaine a été très difficile mentalement. Je voulais boucler ma trace. Et ce matin, je me suis même demandé pourquoi je passais la ligne mais j’ai été éduqué comme ça et je dédie cette ligne à mes parents qui m’ont appris que quand on commence quelque chose, on le finit même si ce n’est pas facile. Je devais boucler la trace mais je me suis fait violence. Je l’ai fait par principe, par respect… C’était se dérober que de ne pas y aller !"

Une chance inouïe jusqu’un enfer

"Je sais que j’ai une chance inouïe de faire ce que je fais. J’ai un partenaire Sodebo qui m’a suivi dans la réalisation de ce projet. J’ai mis toutes mes tripes dans ce tour, dans cette route très engagée, très belle. Par rapport à la dernière fois, il y a eu deux changements. D’une part, dans mon approche du quotidien, je ne me suis pas focalisé sur le retard que j’avais. J’y ai cru quand nous sommes repassés devant Francis et c’est là que ça s’est dérobé. La deuxième chose, c’est que je m’étais juré que cette fois-ci, j’irais provoquer la chance ! C’est pour cela que j’ai accepté de faire des routes abjectes comme d’être au près vers les Kerguelen, c’était ma manière à moi de créer ma chance, je serais allé la chercher en enfer s’il le fallait."

Pas d’erreur et des satisfactions

"Nous n’avons pas fait d’erreur sur la route. Quand tu tiens un projet à bout de bras et que tu en es le porte-parole, tu te sens responsable. Quand tu es seul à bord, tu ne partages ce sentiment avec personne. Il y a des satisfactions : celle de ramener le bateau en bon état, malgré mon étrave abimée, d’avoir monté cette équipe avec une ambiance et un vrai état d’esprit. Il faudrait qu’aujourd’hui je ne sois pas un compétiteur pour ne pas être déçu. On est deux personnes à bord : le compétiteur et l’aventurier ! Le compétiteur est frustré mais l’aventurier a accompli le périple."

- Info presse Sodeb’O / www.sodebo-voile.com


MESSAGE DE FRANCIS JOYON À THOMAS COVILLE

"Dans un monde où le pétrole s’est échappé des fonds marins pendant des semaines au large de la Nouvelle Orléans, un monde où les centrales nucléaires rejettent des nuages radioactifs et où l’eau de mer est irradiée au point de nuire à la vie pour des générations, Thomas Coville prouve, par son trajet à la voile autour du monde, que les énergies naturelles ne manquent pas de force.

Qu’il n’ait pas battu le record autour du monde n’est pas le plus important. L’essentiel, c’est que nos tours du monde, en équipage comme en solitaire, aient été plus efficaces à la voile qu’au moteur.

A l’heure actuelle, aucun bateau à moteur n’a réussi à boucler un trajet autour du monde aussi rapide que nous le faisons à la voile, pour des raisons de poids et d’autonomie liées à la quantité énorme de carburant embarqué.

Si nos voiliers pouvaient orienter les décisions énergétiques vitales et urgentes à venir, ils pourraient faire comprendre que la seule voie exempte de pollution, de co2 et d’irradiation est la voie des énergies naturelles : vent , courant , soleil, ... Bravo à Thomas pour ce rapide trajet maritime exempt d’avarie".

Francis Joyon



A la une