SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transatlantique

Norbert Sedlacek s’est lancé des Sables d’Olonne à bord d’un monocoque de 4,9 m en fibre volcanique

mercredi 13 novembre 2013Redaction SSS [Source RP]

Sous un ciel nuageux et des vents forts le navigateur Norbert Sedlacek s’est élancé dimanche depuis le port des Sables d’Olonne vers l’Atlantique. Il a l’intention de réaliser une double traversée transatlantique sur son monocoque en fibre volcanique de 4,9m de long baptisé Open 16 FIPOFIX.

Il naviguera sans escale ni assistance des côtes françaises jusqu’à New York et fera le chemin inverse en prenant la route nord au printemps prochain. Si cette traversée est un succès, il deviendra le premier navigateur a réalisé une telle double traversée avec un bateau de cette taille. A travers ce défi, Norbert Sedlacek tient à prouver et démontrer l’efficacité de cette fibre et la technologie utilisée pour la fixation de matériaux composites. Kapsch soutient le développement de cette nouvelle technologie ainsi que le principe de démonstration retenue, à savoir cette tentative de double traversée transatlantique sur ce monocoque de 4,9m de long.

Les conditions supportées par le bateau et son skipper seront très changeantes ces prochains jours. Des vents de nord-ouest soufflant à 25 nœuds (46 km/h) et des vagues de 3m sont au menu des premiers milles.

« La vie à bord du FIPOFIX dans ces conditions sera assez difficile. En général, il faut bien 3 à 4 jours pour s’y habituer », explique Norbert Sedlacek. « Cela vient se rajouter à la tension et nervosité. Le bateau est par ailleurs plus lourd que prévu compte tenu de l’équipement embarqué ».

Toutefois, le principal défi tient de la taille du navire. L’Open 16 FIPOFIX est conçu pour être une miniature d’un voilier Open 60 avec ses 4,9m de long et 2,3m de large il ne dispose que d’un espace de 1,5m2 de « surface abritée pour vivre ». De plus, le peu de hauteur de la traverse par rapport à l’eau, seulement 12cm, fera de cette traversée une « expérience éclaboussante ». Les premiers essais du navire ont démontré un potentiel intéressant et une formidable rigidité à la torsion grâce à la fibre volcanique ASA.TEC utilisée pour sa construction.

« Sur les parcours sous le vent, le bateau démontre toute sa force. Juste un brin de vent le porte et le fait glisser sur les vagues », indique avec enthousiasme Norbert Sedlacek. « Néanmois, les parcours contre le vent seront moins confortables compte tenu de la petite taille du navire ».

Norbert Sedlacek espère atteindre les eaux de New York avec FIPOFIX vers Noël.


Voir en ligne : Info presse www.norbertsedlacek.com


Une nouvelle technologie de fixation qui permet la production de matériaux composites sans perte de performance

L’Open 16 FIPOFIX a été entièrement réalisé à partir de fibres FIPOFIX d’ASA.TEC usant d’un processus en sandwich ayant en son cœur du balsa. Les propriétés de ce matériau de fibres volcaniques (résistant aux UV, aux changements de température et aux attaques acides et 100% recyclable) en font un matériau idéal pour la construction navale. La procédure Fipofix® permet un positionnement des fibres harmonieux selon leurs matrices. Aucun matériau supplémentaire n’est donc nécessaire, cela ne ferait qu’affaiblir le matériau comme c’est le cas quand celui-ci est tissé, agrafé ou cousu. Afin de développer cette technologie de fibre volcanique, Kaspch a créé la société Fipofix GmbH en partenariat avec Yacht Construction Consulting et en détient 80%.

« Kapsch a toujours influé sur le développement technologique pour ses industries et ce depuis l’origine, et l’innovation tient toujours un rôle clé au sein de notre entreprise », explique Kari Kapsch, Directeur d’Exploitation de Kapsch Group. « Les partenariats stratégiques sont essentiels pour notre approche sur l’innovation. La longue et fructueuse collaboration avec Norbert Sedlacek nous a permis de tester une nouvelle technologie et de créer un nouveau business ».

Kapsch soutient le développement de cette technologie ainsi que la traversée “Proof of Principle” avec un investissement d’environ 1 million d’euros. Kaspch détient le brevet relatif au process Fipofix.



A la une