SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Figaro-Bénéteau

Phil Sharp : "Si je veux faire une belle place en Figaro… la préparation est cruciale"

Un skipper originaire de Jersey vient s’entraîner à Lorient

mercredi 5 février 2014Redaction SSS [Source RP]

Vainqueur de la Route du Rhum en Class 40, Phil Sharp revient à la course au large en solitaire en 2014 au travers d’un programme d’entraînement au sein de la très exigeante classe monotype Figaro. Les derniers bords de Phil dans cette classe datent de 2011 lorsqu’il a participé avec brio à la course reine du championnat, La Solitaire.

Depuis une quinzaine de jours, l’entraînement a débuté à Lorient, centre névralgique de la course au large, aux côtés d’une douzaine de figaristes, sous la direction et les conseils de l’excellent coach des skippers, Tanguy Le Glatin. Phil navigue actuellement sur un bateau loué pour une période de trois mois, le temps de chercher des partenariats complémentaires afin de mener à bien la saison jusqu’à La Solitaire du Figaro de cet été où il entend bien être le premier Britannique a entrer dans le Top 10.

Cette reprise des entraînements est l’occasion de faire le point avec Phil Sharp, navigateur né à Jersey qui s’est installé en France pour se perfectionner en course au large – et en français !

Les entraînements en Figaro ont débuté il y a deux semaines, dans quel état d’esprit es-tu ?

« C’est très excitant de revenir dans un environnement aussi compétitif et débuter un programme d’entrainement d’hiver est essentiel si je veux être prêt pour les premières courses au Printemps. »

Pourquoi avoir choisi de t’installer à Lorient ?

« Lorient est un centre d’excellence pour la course au large qui dispose de beaucoup de ressources pour alimenter un projet professionnel comme le mien. J’y trouve également un groupe d’entraînement de haut niveau pour confronter mes expériences à celles d’autre skippers. »

Qu’est-ce qui t’a motivé à revenir au Figaro ?

« Le Figaro est un support idéal pour développer et perfectionner beaucoup des compétences nécessaires sur de plus grandes unités comme un 60 pieds : je pense à la stratégie, aux réglages, à la gestion du sommeil… Les prochains mois d’entraînement intensif devraient me permettre de progresser après ces deux années loin de la course en solitaire. »

Comment se sont passés les premiers bords en 2014 ?

« Jusqu’à présent, l’entraînement se déroule très bien et c’est stimulant d’être au contact de Figaristes d’expérience. Mais je ne sous-estime en aucun cas la somme de travail à réaliser sur l’eau ces prochains mois pour pouvoir jouer dans le haut du tableau. S’entraîner en hiver est toujours plus exigeant car on doit notamment naviguer chaque jour dans le froid, la pluie et le vent. De mon point de vue, naviguer dans du gros temps est très important afin d’apprendre à mener le bateau à son maximum dans toutes les conditions et d’éviter les erreurs. Si je veux faire une belle place en Figaro, je ne peux pas me permettre la moindre erreur donc la préparation est cruciale. »


Voir en ligne : Info presse www.philsharpracing.com



A la une