SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Spindrift 2

Yann Guichard fait installer un vélo à bord du maxi-trimaran Spindrift 2 en vue de la Route du Rhum

Édouard Touchard : "c’est un vélo droit fixé au pont qui permet d’actionner les winchs sur le même principe qu’une colonne"

mardi 11 mars 2014Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Un vélo sur un bateau ? Cette idée pourrait paraître farfelue mais c’est une astuce technique très sérieuse pour aider Yann Guichard à manœuvrer seul le maxi-trimaran Spindrift 2 sur la prochaine Route du Rhum. Votre web série ’40 mètres en solo’ vous en dit plus.

Édouard Touchard, membre du design team de l’écurie Spindrift racing a inventé ce système ingénieux avec l’équipe de Franck Cammas en prévision de la Route du Rhum 2010. Le skipper de Groupama 3 a remporté l’épreuve quelques mois plus tard à bord de son trimaran de 31,50 mètres. La nouvelle mission d’Édouard est désormais d’adapter la solution à Spindrift 2, un bateau presque 10 mètres plus long et beaucoup plus toilé.

On parle d’un vrai vélo ?


« Absolument, c’est un vélo droit fixé au pont qui permet d’actionner les winchs sur le même principe qu’une colonne, sauf que l’on utilise la force des jambes et non celle des bras. Yann peut ainsi alterner les efforts et gagner en endurance, » explique cet ingénieur en génie mécanique.

Dans l’atelier à Lorient, l’espace de mise au point de ce vélo d’un nouveau genre nous projetterait presque dans les coulisses du Tour de France Cycliste. Avec Florent Le Gal qui se charge des aspects composites, Édouard coordonne les opérations.

« Le cadre tout carbone a été simplifié. La barre centrale a été aussi supprimée pour permettre à Yann de s’installer rapidement même en ciré et dans des conditions musclées. Les roues ont disparu, laissant place à des tubes qui seront vissés dans le cockpit. La selle, en carbone aussi, est un modèle ‘marinisé’ trouvé dans le commerce. Et enfin, le guidon a été remplacé par un profil utilisé par les cyclistes de triathlon offrant une position plus confortable avec de meilleurs appuis pour le dos notamment. »

Simplifier des rouages et optimiser les mouvements
. Le gros du travail repose surtout sur les rapports de transmission.

« Le vélo a deux chaines. La première fonctionne avec une boîte qui permet de passer les vitesses « même lorsque l’on ne pédale pas ». A terre, vous profitez du mouvement du vélo pour changer de plateau ou de pignon. Ici, le cadre est fixe mais il faut néanmoins adapter le rapport de transmission à l’effort que demande le réglage d’une certaine voile ou la remontée d’un foil, etc. Cette boîte reliée à un seul plateau remplace les pignons et permet de changer de vitesses en pédalant sur place, » poursuit Edouard. « Ensuite, la seconde chaîne actionne un volet d’inertie qui permet d’ajouter de l’efficacité au mouvement. On se rapprochera des efforts fournis sur un vélo de fitness mais, sur le Rhum, la séance pourrait durer plus d’une semaine ! »


Voir en ligne : Press info www.spindrift-racing.com



A la une