SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Multi70

Des safrans en T pour l’ex-Mod70 de Sébastien Josse

"L’idée n’est pas de faire voler le trimaran. en tous cas pas pour l’instant !"

mercredi 14 mai 2014Redaction SSS [Source RP]

Lundi 12 mai marquait la sortie de chantier et le retour dans le grand bain du Multi70 Edmond de Rothschild. Le trimaran avec lequel Sébastien Josse s’alignera au départ de la Route du Rhum Destination Guadeloupe dans un peu moins de six mois, le 2 novembre prochain. Face aux géants de la Classe Ultime, le bateau armé par le Baron Benjamin de Rothschild sera l’un des plus petits trimarans de sa catégorie.

« L’équipe a fait un travail remarquable en ne comptant pas ses heures car le timing était serré avec la livraison tardive du bateau au retour du Brésil. En trois mois, nous savions que nous ne pouvions pas nous lancer dans un grand chantier de transformation où le bateau aurait par exemple été rallongé. L’idée était donc de partir de la base existante du 70 pieds en conservant le meilleur du potentiel du bateau puis en optimisant ce qui pouvait l’être dans ce délai pour une transatlantique en solitaire » déclarait Cyril Dardashti, le team manager du Gitana.

Le gain de poids a occupé une place de choix dans la « job list » de l’équipe menée par David Boileau, l’objectif étant de rendre le Multi70 Edmond de Rothschild plus léger et par conséquent plus polyvalent. Cette traque du moindre gramme a notamment occasionné l’installation d’un nouveau moteur, la suppression des aménagements intérieurs ainsi que la réalisation d’une nouvelle garde robe signée par la voilerie North Sails.

L’ergonomie a également été au cœur des préoccupations pour permettre à Sébastien Josse de tirer toute la quintessence de sa machine dans le jeu d’équilibriste qu’il jouera sur l’Atlantique :

« Le rhum est un sprint de 10 jours en solitaire. Sur ces bateaux, on ne peut jamais être très loin des postes de barre car la sortie de route est très vite arrivée. C’est pourquoi il a été décidé de déplacer la table à cartes (téléphones, ordinateurs, feux de navigation.) qui se trouvait dans la coque centrale et de la remonter sur le pont, sous la casquette. Cette dernière a été réduite en taille mais augmentée en volume pour me permettre d’y vivre pendant toute la traversée » expliquait Sébastien Josse.

Pour découvrir l’une des grandes nouveautés de ce chantier hivernal, il faut observer l’arrière des flotteurs de Gitana XV (cf photo). Le Multi70 Edmond de Rothschild est désormais équipé de safrans en T ; un dispositif tout aussi imposant que pointu dont Sébastien Josse nous détaillait l’utilité :

« L’objectif de ces nouveaux safrans de flotteurs est de diminuer le tangage du bateau dans la mer. Cette plus grande stabilité devrait nous permettre un gain significatif sur la vitesse moyenne ainsi que dans la conduite du bateau. L’idée n’est pas de faire voler le trimaran. en tous cas pas pour l’instant ! » souriait le skipper.

« Le temps dont nous disposions cet hiver était trop court pour réaliser l’ensemble des modifications imaginées à l’origine : safrans, foils, travail sur le plan de voilure . Ces nouveaux appendices ne sont qu’une première étape dans ce que nous souhaitons mettre en place par la suite. Le but est bien de faire encore évoluer la plateforme de Gitana XV » précisait Antoine Koch, le responsable du bureau d’études Gitana.

Ces nouveaux safrans sont le fruit d’une étroite collaboration entre Antoine Koch, l’architecte Guillaume Verdier et le néo-zélandais Jamie France, l’americain Bobby Kleinschmit ainsi que la société Pure Design, tous étant membres de Team New Zealand. Les précieuses pièces qui composent les safrans - pelle et plan porteur - ont été fabriquées aux antipodes dans le chantier Core Builder, basé dans le Nord d’Auckland, et ont regagné l ’Europe il y a quelques semaines afin que les membres du Gitana Team les adaptent aux casques réalisés en interne.

« Je suis très impatient de pouvoir naviguer pour observer sur l’eau les modifications apportées. Je vais y aller crescendo dans ma préparation pour le Rhum avec des navigations en équipage réduit pour commencer avant de rentrer dans le vif du sujet en solo. Six mois c’est assez court pour préparer un tel rendez-vous mais j’ai la chance de pourvoir m’y consacrer pleinement » concluait le skipper d’Edmond de Rothschild ravi de retrouver sa monture amarrée dans son port d’attache lorientais.


Voir en ligne : Info presse www.gitana-team.com/fr/



A la une