SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Multi 50

Gilles Buekenhout mènera Nootka sur un cinquième Rhum

"’en 2010, j’avais mis 19 jours, cette fois j’espère 17 ou 18 jours"

vendredi 27 juin 2014Redaction SSS [Source RP]

Il aime la performance, pourvu qu’elle ne sacrifie pas l’esthétique. Gilles a trouvé en 2009 le multicoque qui répondait à ce leitmotiv : Nootka, un joli trimaran, qu’il a relooké en jaune d’or et avec lequel il se lançait sur sa première Transat, la Route du Rhum, en 2010. Inséparables, ils reviennent ensemble cette année. Pour Nootka, ce sera un cinquième Rhum.

1989 : Claude Develay, à la tête des teams Fujicolor (Loïc Peyron) et Fujichrome (Mike Birch), confie la conception d’un trimaran personnel de course-croisière à l’architecte Nigel Irens et à son ami Mike Birch qui le baptisera « Nootka » du nom d’une tribu indienne du Canada. Dès les premiers bords, la presse est dithyrambique : « Un week-end en Ferrari », titre Voiles et Voiliers tandis que Bateaux savoure « 16 mètres de vitesse pure ». 16 mètres ? Un peu long pour un 50 pieds, non ? Qu’importe, en course, Nootka enlève sa jupe de 90 cm…

Pour sa première Route du Rhum en 1990, le bolide embarque Claude Develay, qui parvient à terminer la course, en pur amateur. Il remet cela en 1994, mais une panne de pilote le contraint à l’abandon. En 1998, il confie son joli trimaran à son ami Mike Birch qui termine 11e.

Pendant ce temps, Gilles navigue sur des monocoques de plus en plus pointus. Et en 2008, l’architecte belge installé à Pornichet (44) attrape le virus de la glisse. Il découvre alors dans ses nombreuses lectures que l’on peut aller plus vite encore et que ce luxe n’est pas l’apanage d’une élite de navigateurs professionnels et sponsorisés. Gilles saute sur trois coques, achète Nootka et triple ainsi sa vitesse son envie de naviguer. L’hiver, il passe nombre de ses week-ends à entretenir un Nootka toujours impeccable ; dès le 1er mai, il déserte souvent son cabinet d’architecte pour se confronter aux autres « spirits » de la classe Multi50. Il est de tous les grands rendez-vous Multi50, à tel point qu’en janvier dernier, ses pairs l’élisent président de la classe !

Le 2 novembre, Gilles reprendra la Route de Pointe-à-Pitre, qu’il souhaite encore plus courte qu’en 2010, quand, ayant cassé son bout dehors en trois morceaux, il fut obligé de remiser spi et gennaker en fond de cale… Quelle frustration ! Pour autant, le skipper à l’inamovible casquette orange était heureux. Il battait le temps de Mike Birch sur ce même bateau, en 1998. Cette fois, Gilles visera une belle performance en Spirit sur un multicoque qu’il ne cesse d’optimiser selon ses moyens.

Aujourd’hui, si Gilles n’attend pas un sponsor pour prendre le départ, il aimerait néanmoins partager cette aventure hors du commun avec des partenaires motivés.

Quelles sont tes ambitions sur le Rhum ?

Faire mieux qu’en 2010. J’avais mis 19 jours, cette fois j’espère 17 ou 18 jours. L’ordre logique me placerait 9e alors je vais essayer de faire une meilleure place et de bien figurer parmi les Spirits.

Qu’est ce qui a changé entre le Rhum 2010 et le Rhum 2014 ?

En 2010, tout était à découvrir. Je n’avais jamais fait de transat, je faisais du multicoque depuis 2 ans seulement, je n’étais jamais allé en Guadeloupe. Aujourd’hui, je connais le contexte, je connais bien mon bateau. En 2010, c’était une aventure ; en 2014, je vais essayer de performer davantage.

Et Nootka a-t-il été modifié ?

Mon bateau porte plus de toile à l’avant et il a un meilleur équilibre de barre. Et puis j’ai optimisé beaucoup de petits détails pratiques qui simplifient la vie en course.


Voir en ligne : Info presse www.class-multi50.org



A la une