SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Mini 650

Jean-Baptiste Daramy, le Biarrot du Mini

Le skipper du plan Bertrand #814 aligne les podiums sur le circuit proto en 2014

samedi 30 août 2014Redaction SSS [Source RP]

Jean-Baptiste Daramy, Biarrot depuis sa naissance le 23 février 1981 - il a 33 ans - et fier de l’être, met discrètement l’étrave de son voilier, construit de ses mains comme un violon, dans le sillage des plus célèbres navigateurs de la Côte Basque, de Didier Munduteguy à Pascal Bidégorry.

Collectionnant en solo et en double quatre podiums depuis le début de la saison 2014 sur son bolide de 6,50 mètres aux couleurs des Chocolats Pariès - Gourmandises Basques, "JiBé", comme on le surnomme sur les pontons bretons, se prépare tout en discrétion à s’attaquer à la Mini-Transat. Le Biarrot Gourmand y est déjà allé une fois, en 2011, pour voir (13e). Il y retournera sûrement, s’il boucle son budget, en septembre 2015, pour mieux voir où il se situe dans la hiérarchie des Ministes, les derniers aventuriers solitaires de l’Atlantique. Pour l’instant, Il travaille son sujet.

Vivant en couple à Biarritz avec Florence et père de sa plus fidèle supportrice Elena, bientôt deux ans, Jean-Baptiste est évidemment tombé dans la voile comme d’autres dans la potion magique. Tout petit. Fidèle du Yacht Club Basque sis à Saint-Jean-de-Luz depuis l’âge de quatre ans - la faute de son père ! - Jean-Baptiste Daramy a toujours eu la compétition à la voile pour passion chevillée au corps. C’est d’ailleurs ce qui le guide au moment de choisir son cap d’étudiant, puisqu’il réalise un cursus universitaire en matériaux composites qui le dote d’un Master II qui lui ouvra les portes des écuries des courses aux larges.

Pas étonnant, non plus qu’en 2010 il s’attaque à la construction de son proto tout carbone après ses heures de responsable de production d’unités plus grandes (16 mètres), elles aussi à vocation océanique. De l’avis de tous, son plan Etienne Bertrand, est une machine remarquablement réalisée, taillée pour la performance. Le constructeur et sa bande de copains peuvent être fiers. Restait à lui donner un palmarès.

Jean-Baptiste Daramy a troqué le bleu d’orfèvre en carbone pour le ciré de régatier

Une première saison et une transat (2011) pour apprendre le large en solo. Puis un temps mort dans sa vie de régatier, histoire de retrouver un vrai métier après quelques collaborations diverses, dont une avec Michel Desjoyeaux sur un joli projet qui ne verra pas le jour faute de sponsors et Jean-Baptiste Daramy a remis le Mini dans son planning d’Ingénieur d’Etudes en Matériaux Composites et de père de famille. Peu à peu, au fil des régates, en parallèle à son métier chez CompositAdour dépendant de l’Ecole Supérieure des Technologies Industrielles Avancées (ESTIA) de Bidart avec la bienveillance de sa direction, Jean-Baptiste écume les grandes classiques de la Classe Mini.

Depuis le début de la saison 2014, "JiBé" s’est classé : 3e au terme de la Lorient BSM (190 milles nautiques) en double avec Pierre-François Dargnies ; 3e au terme de la Pornichet Select 6.50 (300 milles nautiques) en solitaire ; 2e au terme de la Mini en Mai (550 milles nautiques) en solitaire ; 3e du Mini Fastnet (600 milles nautiques) avec "Pifou" Dargnies, à la fin juin.

Désormais, il lui manque cinq dizaines de milliers d’euros pour modifier la carène de sa monture, histoire de caracoler au rythme des plus récents prototypes sortis des meilleurs ateliers. Jean-Baptiste Daramy est confiant, il sait déjà transformer le noir carbone en bronze et argent des podiums.


Voir en ligne : Info presse jbdaramy.over-blog.com



A la une