SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#RdR2014

Route du Rhum : Sidney Gavignet 5e en Guadeloupe

"L’objectif principal qui était de rejoindre Pointe à Pitre est rempli et bien rempli"

mardi 11 novembre 2014Redaction SSS [Source RP]

Après avoir parcouru 4446 milles nautiques à 21,05 nœuds de moyenne en mode commando à travers l’Océan Atlantique, Sidney Gavignet, skipper du MOD70 aux couleurs du Ministère du Tourisme du Sultanat d’Oman, a coupé la ligne d’arrivée de la légendaire Route du Rhum-Destination Guadeloupe à Pointe à Pitre, à 09:15:24 CET le 11 novembre 2014 en cinquième position, après 8 jours, 19 heures 15 minutes et 24 secondes de mer. L’écart avec le premier, Loïck Peyron sur Banque Populaire VII, (un bateau beaucoup plus grand que le trimaran de 70 pieds de Sidney puisqu’il fait plus de 100 pieds), est de 1 jour, 4 heures, 6 minutes et 52 secondes.

C’est un Sidney Gavignet ému et très entouré par tout le team Oman Sail qui a accosté ce soir au ponton d’arrivée de la 10e édition de la Route du Rhum à Pointe à Pitre en Guadeloupe.

Et quelle performance pour le skipper du vaisseau amiral du Sultanat d’Oman, qui estimait avant le départ avoir 50% de chances d’arriver de l’autre côté en Guadeloupe à bord de son MOD70.

Parti de Saint-Malo le dimanche 2 décembre dernier, Sidney Gavignet et sa vaillante monture ont traversé bien des épreuves, et c’est avec un sentiment de mission accomplie mais aussi une grande fierté que ce dernier a hissé haut le drapeau du Sultanat d’Oman à l’approche des côtes de l’île papillon très tôt ce matin.

Sidney témoignait à son arrivée : « La mission est remplie ! Le bateau a tenu bon pendant toute la traversée, et n’a d’ailleurs subi aucune avarie, il était extrêmement bien préparé grâce à toute l’équipe technique d’Oman Sail. L’objectif principal qui était de rejoindre Pointe à Pitre est rempli et bien rempli, même si j’ai fait des erreurs sur la dernière partie. Je suis même arrivé la même nuit que Prince de Bretagne, qui fait 10 pieds de plus que Musandam-Oman Sail, et qu’Edmond de Rothschild, autre multi de 70 pieds qui a été largement modifié pour cette course. Je suis donc très fier d’avoir emmené les couleurs d’Oman de l’autre côté de l’Atlantique. C’est aussi très fort émotionnellement pour moi de revenir en Guadeloupe, car c’est ici que j’ai rencontré mon épouse il y a 23 ans, alors que j’étais en entrainement en vue de la Whitbread. »

Si le départ a lui aussi été fort en émotion avec toutes les équipes du Ministère du Tourisme d’Oman et d’Oman Sail qui étaient là pour entourer Sidney jusqu’à la dernière minute, tout en assurant la promotion du Sultanat auprès de plus de deux millions de visiteurs sur le village départ à Saint-Malo, l’arrivée a aussi été un grand moment pour tous ceux qui ont suivi le marin solitaire de 45 ans jour et nuit ces huit derniers jours, qu’ils soient sur place ou derrière leurs écrans.

Et c’était sans compter le final sous tension entre le trimaran de 70 pieds Musandam-Oman Sail et le 80 pieds de Lionel Lemonchois, Prince de Bretagne, qui s’est joué dans un mouchoir de poche, et dont ce dernier est sorti victorieux après une véritable bataille de match racing en règle jusque dans les derniers milles : les deux marins se sont battus, prolongeant le suspense jusqu’à la fin, à quelques heures à peine de l’arrivée du troisième, Sébastien Josse sur Edmond de Rothschild. Mais à moins de 30 milles de l’arrivée, Musandam-Oman Sail s’est fait prendre dans le dévent de la Soufrière, 1 mille le séparant alors de son adversaire à la bouée de Basse Terre. Et c’est Prince de Bretagne avec ses 10 pieds de plus, et qui a été taillé pour ce type de course, qui s’est finalement engagé le premier dans le chenal des Saintes.

Sidney Gavignet : « Bravo à Lionel Lemonchois, il a fait du beau travail, les conditions étaient vraiment compliquées sur l’arrivée en Guadeloupe, et j’ai fait pas mal d’erreurs avant de rejoindre la ligne. Bravo aussi à Seb Josse pour sa troisième place. Je me souviens particulièrement d’une nuit pendant laquelle j’étais dans le même axe que lui. Je comparais, chaque heure, nos positions, nos vitesses, et nous étions même plus rapides que les grands bateaux. Je savais que Sébastien, derrière son écran, calculait lui aussi les gains et les pertes. »

Les hauts, les bas, les moments de joie, les moments difficiles dans le gros temps en sortie de Manche et dans le Golfe de Gascogne, la blessure de son bras, son rétablissement, le manque de sommeil, la nourriture froide, les moments d’extase devant la lune ou encore lorsque le MOD70 volait à plus de 30 nœuds au-dessus de l’eau, sont autant de moments que Sidney Gavignet a fait partager, en toute simplicité comme il en a l’habitude, et en inspirant, entre autres, de jeunes marins Omanais qui travaillent dur dans le cadre du programme Olympique dans les centres de formation du Sultanat, mais aussi ses plus proches équipiers, avec qui il avait déjà accompli l’exploit cette année de battre le record du Tour des Iles Britanniques à bord de ce même MOD70 avec un équipage composé à 50% de marins Omanais.

Sidney Gavignet raconte à ce propos : « Après avoir reçu un email très sympa de Fahad Al Hasni en milieu de course, l’un de mes meilleurs équipiers sur le MOD70 avec qui nous avons battu ce record, j’ai pris le temps de l’appeler avec le téléphone satellite. Il était très surpris sur le moment, mais je sentais le sourire dans sa voix et sa joie de m’entendre, cela a été un très bon moment pour moi aussi, car j’avais vraiment envie de lui parler de ce que je vivais à bord, étant donné que nous avons fait pas mal de milles ensemble. Je crois que cette Route du Rhum lui a donné envie d’aller encore plus loin ».

Enfin il y a eu cette relation très spéciale avec ses ange gardiens, Damian Foxall et Jean-François Cuzon, ses routeurs qui l’ont assisté pour tracer sa route pas à pas du début à la fin. Et notamment Jean-François Cuzon, qui était là pour Sidney en permanence jusqu’au tour final de la Guadeloupe afin de le guider entre les zones de pêche et les alizés.

« Jeff Cuzon était avec moi sur cette régate même s’il n’était pas à bord, ça a été un très grand plaisir de travailler avec lui, et il mérite vraiment son surnom « d’ange gardien ».


Voir en ligne : Info presse www.omansail.com


Classement Général Provisoire Classe Ultime au 11/11/14 à 09:30:00 CET

  • Banque Populaire VII/Loick Peyron - en 7 jours, 15 heures, 8 minutes et 32 secondes
  • Spindrift II/Yann Guichard - en 8 jours, 5 heures, 18 minutes et 46 secondes
  • Edmond de Rothschild/Sébastien Josse - en 8 jours, 14 heures, 47 minutes et 9 secondes
  • Prince de Bretagne/Lionel Lemonchois – en 8 jours 17 heures 44 minutes et 50 secondes
  • Musandam-Oman Sail/Sidney Gavignet - en 8 jours 19 heures 15 minutes et 24 secondes


A la une