SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#RdR2014

Route du Rhum : Jérémie Beyou deuxième des IMOCA 7h32’ derrière Gabart

"C’était dur ce Rhum. Les meilleurs moments, il n’y en a pas ! J’en ai plein les bottes"

samedi 15 novembre 2014Information Route du Rhum

Ce samedi 15 novembre à 02 heures 11 minutes 18 secondes, Jérémie Beyou a franchi la ligne d’arrivée de la 10e Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Le skipper de Maître Coq a mis 12 jours 12 heures 11 minutes et 18 secondes pour boucler le parcours de 3542 milles à la vitesse moyenne de 11,8 nœuds.

Il a parcouru en réalité 3916 milles à 13,04 nœuds de moyenne. L’écart au premier, François Gabart, est de 7 heures 32 minutes et 23 secondes. Jérémie Beyou a pratiquement fait toute la course en deuxième position et depuis le passage dans le sud de l’archipel des Açores, il contrôlait de près le leader de la flotte Imoca. Tenace et volontaire, le skipper de Maître Coq n’a rien lâché malgré plusieurs avaries à bord, et a même poussé François Gabart dans ses retranchements.

Le triple vainqueur de La Solitaire du Figaro-Eric Bompard cachemire partait de Saint-Malo avec une double intention : celle d’arriver de l’autre côté et de terminer sur le podium. Contraint à l’abandon dès les premiers jours sur l’édition 2006, cette Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2014 était presque une première pour lui. Surfant sur la vague de son triple sacre sur la plus dure des courses en Figaro Bénéteau, le skipper de Maître Coq partait grand favori de l’épreuve aux côté de François Gabart (MACIF), Vincent Riou (PRB) et Marc Guillemot (Safran).

Dans le match dès le cap Fréhel qu’il double en troisième position, Jérémie navigue dans le groupe des quatre mousquetaires, dans le sillage des deux leaders : MACIF et PRB. Alors que ce dernier est contraint à l’abandon au début de la descente du Golfe de Gascogne, Jérémie prend la deuxième place. Il ne la lâchera plus. Commence alors un duel qui durera tout le reste du parcours, soit plus de 2 000 milles. Du marquage à la culotte, façon course de Figariste !

Dans la baston des trois premiers jours de course, les bateaux sont mis à mal et Jérémie connaît plusieurs avaries. Il perd une de ses voiles d’avant et dépense beaucoup d’énergie à réparer, notamment à se hisser sur son étai pour libérer la voile. Dur au mal, consciencieux, Jérémie est également plus fort dans l’adversité et parvient malgré tout à recoller au tableau arrière de François Gabart. Au sud de l’archipel des Açores, il revient à 8 milles du leader ! Le tempo entre les deux solitaires monte d’un cran : la transatlantique devient une course de vitesse. Les marins ne lâchent rien, barrent beaucoup et passent la majeure partie du temps sur le pont à régler les voiles et à définir la meilleure trajectoire. Jusqu’à 700 milles de l’arrivée, François Gabart s’est senti menacé par un Jérémie Beyou diablement accrocheur. Le skipper de Maître Coq réalise une superbe course !

Jérémie Beyou à son arrivée au ponton à Pointe-à-Pitre :

« Toute l’équipe avait bien bossé sur le bateau, sur moi aussi pour me remettre d’aplomb. Vu la saison que j’ai faite avant, c’est vraiment une belle deuxième place. Ce n’est pas facile d’enchaîner une solitaire et une Route du Rhum. Le challenge me plaisait bien et je suis convaincu que c’est une de mes armes, que de multiplier les supports et de doubler avec le Figaro ça me donne une capacité supplémentaire. Quand c’est dur, j’y vais sans retenue. C’est toujours bon de se frotter à d’autres concurrents, ce n’est que du 100% IMOCA. Ca permet d’acquérir des stratégies, j’ai des repères, des analyses, savoir à quel angle et à quelle pression je dois virer. Ce sont des gammes que je répète. Le problème, c’est que, si tu fais une Route du Rhum tous les quatre ans, c’est dur de répéter des gammes, alors que 4 étapes de la Solitaire du Figaro par an, tu peux. C’est une de mes forces, maintenant c’est sûr qu’il faut être capable de se remotiver et de se remettre d’aplomb derrière. C’était dur ce Rhum. Les meilleurs moments, il n’y en a pas ! J’en ai plein les bottes. Les meilleur moment, c’est sans doute le classement et quand tu fais une bonne trajectoire. Il y a un delta de vitesse avec François (Gabart) qu’on connaît et qu’on va essayer de faire progresser. Les deux prochaines années, on ne pensera qu’au Vendée Globe. »



A la une