SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#BWR2014

Barcelona World Race : Alex Thomson & Pepe Ribes ont cassé leur mât

Hugo Boss a perdu son gréement hier soir à 21h02 GMT, à 370 miles nautiques des côtes du Brésil

jeudi 15 janvier 2015Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Le Britannique Alex Thomson, 40 ans, et l’Espagnol Pepe Ribes, 43 ans, ont démâté hier soir à 21h02 GMT, à bord du monocoque de 60 pieds IMOCA Hugo Boss qui menait la flotte de la Barcelona World Race au 14è jour de course. Le duo naviguait au reaching dans des conditions modérées, à 370 milles au large des côtes brésiliennes, lorsque un incident au niveau du gréement a provoqué la chute de leur mât.

Les deux hommes vont bien, mais ils sont contraints de se retirer de la Barcelona World Race 2014-2015. En liaison avec leur équipe, ils envisagent la manière de rallier le port le plus proche, sans doute Salvador de Bahia, dont ils sont encore très éloignés.

Stewart Hosford, directeur général de l’équipe Alex Thomson Racing a déclaré hier soir : « Après un départ si prometteur dans cette Barcelona World Race 2014-2015, c’est un véritable choc. Nous préparions cette course depuis un an, mais malheureusement, ce type d’incident arrive parfois dans la course au large. Maintenant, mon seul objectif est la sécurité des skippers. Je sais qu’ils sont très déçus de ce qui leur est arrivé et je remercie l’équipe et nos partenaires pour leur soutien. Alex et Pepe faisaient un travail remarquable dans cette course et, pour leur avoir parlé à tous les deux, je sais qu’ils sont anéantis que ce démâtage mette fin à leur aventure. »

Alex Thomson (Hugo Boss) : "On était à 350 milles à dans l’est du Brésil, en plein Atlantique Sud. Tout allait magnifiquement. On menait la flotte d’environ 60 à 70 milles. On était juste en train de terminer un changement de voile, dans des conditions de vent médium. J’étais à l’étrave, près de l’étai en train de surveiller l’enrouleur de génois quand la pièce s’est rompue. J’ai vu la voile s’envoler dans les airs et le mât hésiter quelques secondes. Je savais malheureusement ce qui allait arriver : il est tombé dans l’eau. C’est une pièce métallique dans le tambour d’enrouleur qui n’aurait jamais dû céder. On a mis le moteur et on navigue à 6 nœuds. Quel contraste quand on pense qu’on marchait encore à 20 nœuds quelques temps auparavant. On fait route sur Salvador de Bahia qu’on devrait atteindre d’ici trois jours.”


Voir en ligne : Info presse www.barcelonaworldrace.org



A la une