SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#BWR2014

Barcelona World Race : Bernard Stamm et Jean Le Cam ont doublé le cap Horn en leaders

"Nous avons l’impression d’être arrivé à un point de passage important"

mercredi 25 février 2015Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Aux commandes de la Barcelona World Race depuis 39 jours, Cheminées Poujoulat a contourné le cap Horn (67°15 11 W) à 01:00 TU (02:00 heure française, 22:00 heure chilienne). Le Suisse Bernard Stamm et le Français Jean Le Cam ont ainsi achevé leur traversée des mers hostiles du grand Sud autour de l’Antarctique pour débuter leur remontée de l’Atlantique et leur retour vers Barcelone, d’où ils étaient partis le 31 décembre 2014.

Les leaders de la Barcelona World Race ont couvert la mer Méditerranée, les océans Atlantique, Indien et Pacifique en 55 jours, 13 heures. Ils ont déjà parcouru 16400 milles de la route théorique, et il leur reste 6900 milles à courir pour boucler le tour du monde.

A l’heure du franchissement du mythique cap Horn, le point le plus austral du continent américain, Cheminées Poujoulat progressait dans un vent de 25 noeuds d’Ouest et dans une mer formée. Bernard Stamm et Jean Le Cam auront encore à négocier des conditions typiques des mers du Sud durant cinq ou six jours avant de quitter les 40es Rugissants, et d’entamer leur remontée vers l’hémisphère nord.

Bien qu’ils doublent ce cap référence pour la cinquième fois chacun, ce passage reste l’un des moments décisifs d’une circumnavigation, en raison de l’extrême difficulté posée par les vents violents et la mer forte mais également parce qu’il marque le début de la fin des extrêmes conditions du grand Sud.

« Cela fait un mois, plus d’un mois, cinq semaines que nous sommes dans des conditions houleuses et venteuses et froides », a souligné Jean Le Cam. « Alors que là, nous tournons à gauche, vers le nord et vers des températures plus clémentes, en général c’est bien quand tu l’as passé. »

« Nous avons l’impression d’être arrivé à un point de passage important qui nous permet de remonter », a expliqué à son tour Bernard Stamm. « C’est un passage un peu spécial qui est chargé d’histoire, c’est un peu tout cela en même temps. »

La marine chilienne a sous sa responsabilité la protection d’une des zones les plus importantes au monde. Responsable du centre de coordination des secours maritimes (MRCC) dans cette zone, elle a augmenté les forces de sécurité pour le passage de la flotte de la Barcelona World Race au cap Horn, l’un des secteurs les plus dangereux de la planète, par la présence d’un patrouilleur composé d’un équipage de 24 marins et six officiers, d’un hélicoptère et de deux plongeurs secouristes.

Le passage au cap Horn pour les deuxième et troisième bateaux, Neutrogena (Guillermo Altadill/José Muñoz) et GAES Centros Auditivos (Anna Corbella/Gerard Marin) est attendu dans la nuit de vendredi à samedi.


Voir en ligne : Info presse www.barcelonaworldrace.org



A la une