SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#GC32

GC32 RACING TOUR : 14 courses disputées à Marseille pour le test event du tour 2015

dimanche 26 avril 2015Redaction SSS [Source RP]

15 courses ont pu se courir durant les trois derniers jours, dans des conditions allant de 3 à 20 nœuds, ce qui a notamment permis aux quatre équipes présentes d’acquérir une précieuse expérience avant la première épreuve officielle de la saison qui se tiendra sur le Lac de Traunsee, en Autriche, du 27 au 31 mai 2015.

Le Test Event a notamment été un excellent indicateur quant au type de courses auxquelles il faudra s’attendre cette saison : le spectacle de ces bateaux volants qui défient la gravité, et particulièrement lorsqu’ils s’élancent tous ensemble sur leurs départs au reaching à des vitesses de plus de 30 nœuds. Les courses semblent déjà de très bonne qualité, avec des changements de classement réguliers et des gagnants différents : après 15 courses, ARMIN STROM Sailing Team termine en tête du classement, mais avec seulement quatre points d’avance sur Alinghi.

Pour cette course, Chris Draper, barreur dans l’America’s Cup, et qui est aussi un expert des engins sur foils, remplaçait Flavio Marazzi à bord d’ARMIN STROM.

« Nous nous sommes vraiment bien amusés, et il y avait un très beau plateau de marins auxquels se mesurer. Cela a été très intéressant de les regarder apprendre à voler aussi rapidement. »

Chris Draper pense d’ailleurs que le GC32 a un bel avenir :

« si vous pensez à l’argent que les gens dépensent sur leurs autres bateaux et leurs projets, et que vous pensez à quel point ils pourraient s’amuser ici... c’est un bateau réellement viable à barrer pour quelqu’un qui n’est pas un professionnel. Il ne gagnera pas forcément beaucoup de courses, mais par contre il s’amusera beaucoup ça c’est certain. Et ce n’est pas très cher. Nous avions quatre bateaux ici, mais le GC32 est tellement accessible que vous pourriez très vite en voir beaucoup d’autres. »

Deux des quatre équipes présentes à Marseille, Alinghi et Spindrift racing, étaient complètement novices, mais leur calibre est tel qu’elles ont régulièrement remporté plusieurs manches.

Alinghi termine devant Spindrift racing au général samedi, avec le patron de l’équipe, Ernesto Bertarelli, à la barre pour trois manches et terminant respectivement avec une 2e, une 1re et une 2e places, bien que ce soit seulement sa cinquième fois à bord du GC32.

« J’ai vraiment beaucoup apprécié », commente Ernesto Bertarelli. « Je trouve le bateau excitant, et en même temps sécurisant. La courbe d’apprentissage est énorme comparée à d’autres multicoques à bord desquels j’ai pu courir, mais celui-ci est accessible en terme de navigation et de budget. Je pense que c’est un bon bateau de propriétaire. »

D’après le barreur d’Alinghi, Morgan Larson, c’est le plus enthousiaste qu’il ait jamais vu Ernesto Bertarelli.

« C’était peut être un peu intimidant pour lui, et ça l’était aussi pour moi ! Mais une fois que vous êtes à la barre et que vous avez quelques courses à votre actif, vous réalisez que c’est faisable et que vous ne faites pas juste que survivre sur le plan d’eau là dehors, vous êtes en train de courir. Il y a eu quelques moments où l’on a eu l’impression que c’était une bête sauvage hors de contrôle, mais 80% du temps il pensait ’je peux mener cette chose, et avec un peu d’entrainement, je vais devenir meilleur’. »

A l’instar d’Alinghi, l’équipe très expérimentée de Spindrift racing faisait également ses débuts sur un catamaran volant, et son skipper Yann Guichard commente :

« cet événement a été très bon pour nous, car le GC32 est quelque chose de totalement nouveau pour moi et mon équipe, et le sentiment à la barre est un peu différent. C’était très important pour nous d’être présents. Je suis surpris de la vitesse et de la stabilité que le GC32 peut offrir, bien que je puisse faire mieux pour sa stabilité ! Nous devons passer du temps à peaufiner ses réglages. »

Après des années passées à mener des campagnes en multicoques, Yann Guichard savoure d’être à la pointe de la « révolution de la navigation sur foils », qui est l’un des développements les plus significatifs de tous les temps dans la voile. Mais il a aussi hâte d’être en compétition sur le Bullitt GC32 Racing Tour.

« Le niveau des marins est très élevé, ce qui est une bonne chose pour le circuit et qui laisse de la place pour progresser. »

Sur la plus forte courbe d’apprentissage et venant d’un domaine complètement différent dans la voile, Sébastien Rogues et son team GDF SUEZ :

« C’était le premier événement avec quelques-unes des équipes qui veulent courir la saison à bord des GC32 », déclare le champion de Class40. « Maintenant, nous savons ce que nous devons faire pour nous améliorer sur le prochain événement et pour toute la saison, et c’est pourquoi nous sommes venus ici. »

Les équipes vont maintenant retourner vers leurs bases et continuer leur entrainement en vue de la première étape officielle du Bullitt GC32 Racing Tour dans un mois en Autriche.


Voir en ligne : Info presse www.gc32racing.com



A la une