SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Multi50

Grand Prix de Las Palmas de Gran Canaria : Erwan Le Roux vainqueur dans des conditions idéales

dimanche 14 juin 2015Redaction SSS [Source RP]

La troisième et dernière journée du Grand Prix de Las Palmas Gran Canaria s’est disputée dans des conditions idéales. 15 à 20 nds de vent, sous un soleil de plomb. Les trois journées de régates ont été ponctuées de duels, de jolis coups tactiques - une mention spéciale aux équipiers canariens - et de convivialité dans un club qui sait recevoir et qui cultive l’excellence.

360 jours de vent et de soleil par an ! Pas étonnant dans ces conditions de rêve que des centaines de jeunes s’entrainent ici, chaque semaine, au Real Club Nautico de Gran Canaria. Certains d’entre eux, d’ailleurs, étaient à bord des Multi50 et leur parfaite expertise du plan d’eau et des effets de côte, a permis aux équipages français de s’exprimer avec talent sur chacun des parcours. Le club de Las Palmas compte 18 médaillés olympiques, dont 7 ont rapporté l’or, et ne compte plus ses champions d’Europe ou du Monde, en 470, en laser, en optimist.

Le comité de course n’a pas ménagé les équipages puisque, profitant d’une belle brise dès le début de la matinée, ce dimanche, il a lancé trois manches en quatre heures. Sur six manches disputées depuis vendredi, dont un grand parcours côtier de 40 milles au ras des côtes, Erwan le Roux (FenêtréA-Prysmian) et son équipage en ont gagnées cinq, ne concédant à Lalou Roucayrol (Arkema) que la première manche d’aujourd’hui. Gilles Lamiré (Rennes Métropole Saint-Malo Agglomération) a enchainé de très belles courses avec des vitesses désormais capables d’inquiéter les deux leaders. Il termine d’ailleurs deuxième sur la dernière manche.

Nootka (Gilles Buekenhout) disposait d’un équipage exclusivement canarien, de ces jeunes régatiers qui ont l’écoute entre les dents et qui n’ont pas eu peur de créer des occasions d’aller au contact des leaders, sur les lignes de départ notamment. Avec Delirium (Hervé de Carlan) ces deux amateurs éclairés ont fait le convoyage depuis la Bretagne. C’est dire si ce premier Grand prix à Las Palmas leur tenait à coeur.

Les idées sont déjà sur le papier pour le prochain Grand Prix, avec davantage de bateaux et un programme encore plus dense.


Voir en ligne : Info presse www.class-multi50.org


CLASSEMENT

  • 1- FenêtréA-Prysmian (Erwan Le Roux)
  • 2- Arkema (Lalou Roucayrol)
  • 3- Rennes Métropole Saint-Malo Agglomération (Gilles Lamiré)
  • 4- Nootka (Gilles Buekenhout)
  • 5- Delirium (Hervé de Carlan)

Erwan Le Roux : « C’était vraiment génial d’être ici. On a été accueillis comme des rois. Ce sont des conditions de navigation exceptionnelles. Tout le monde en rêve. Du vent, mer plate, du soleil et un peu de chaleur. En faisant naviguer nos bateaux ici, j’espère avoir rendu aux Canariens ce qu’ils viennent de nous offrir. Il y a eu de beaux matchs, surtout aujourd’hui. Je pense qu’on a fait un peu moins d’erreur que Lalou qui a aussi fait une superbe manche ce matin. Sur l’ensemble du Grand Prix j’ai été vraiment scotché par la grande combativité de Nootka dans les petits airs. Quant à Rennes Saint-Malo, ils ont mis des chevaux sous le capot. Cela prouve que ce bateau peut être au niveau. C’est bien pour la sportivité de la classe ».

Lalou Roucayrol : « On a eu du mal les premiers jours dans des conditions qui ne sont pas très favorables au bateau. Aujourd’hui on a bien navigué. On a fait une belle manche mais on a fait des erreurs tactiques ensuite. En trophée, nous avons besoin de plus de méthode qu’Erwan car notre plan de pont est plus compliqué. Ce Grand Prix, dont je suis un peu l’initiateur, est pour la classe Multi50 une opportunité de s’internationaliser. C’était important. Nous avons eu une visibilité qu’il nous est difficile d’obtenir dans d’autres lieux. Je crois que nous avons tous la volonté de renouveler l’expérience ici, avec peut-être un plateau plus étoffé ».

Karine Fauconnier (à bord de Rennes Métropole Saint-Malo Agglomération) : « Je suis vraiment heureuse d’être venue courir ce premier Grand Prix ici. Nous les navigateurs, quand on s’arrête aux Canaries ce n’est jamais bon signe. C’est en général quand on a cassé, en transat, et on débarque ici pour demander de l’aide. Alors pour une fois que l’on vient pour le fun et que l’on peut permettre aux Canariens de découvrir nos bateaux, c’est vraiment une bonne idée ».



A la une