SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#EuroMoths

EuroMoths : Benoit Marie a décroché la 7e place du Championnat d’Europe de Moth International

" j’ai beaucoup travaillé pour arriver à ce niveau de performance aujourd’hui"

jeudi 3 septembre 2015Redaction SSS [Source RP]

Le Championnat d’Europe de Moth International s’est déroulé à Lelystad en Hollande. Cette épreuve réunissait 71 concurrents dont le gratin des marins internationaux : trois marins des Jeux Olympiques, de la coupe de l’America et de la Volvo Ocean Race dans le top 4 (Paul Goodison étant médaillé d’Or aux JO. et marin chez Artemis Racing). Après 5 jours de régates pendant lesquels dix manches ont été courues, Benoit Marie a décroché une très belle 7e place.

Retour en 7 questions sur ce championnat,remporté par l’Anglais Robert Greenhalgh devant ses compatriotes Chris Rashley et Paul Goodison (Benoit Marie termine 1er "non-Anglais, ndr) :

Benoit, tu viens de terminer le Championnat d’Europe en Hollande, peux-tu nous raconter les grandes lignes de ta régate ?

« Le championnat a duré 5 jours dont 4 jours navigués, après une première journée annulée pour cause de mauvais temps. Nous avons fait 10 manches d’environ 35 minutes chacune dans toutes les conditions de vent et de mer, de 5 à 26 nœuds de vent, une mer plate ou cabossée par un clapot court et difficile. Il a fallu se remettre en question et garder la tête froide pour faire les choses simplement sur ce bateau physique, mais j’étais solide dans ma tête ! ».

Tu viens de décrocher une place de 7e au Championnat d’Europe, quelle est ta réaction ?

« C’est ENORME !! Mon objectif initial était d’être dans le top 25, je repars avec la 7e place et premier non-anglais… J’en ai surpris plus d’un - et moi le premier - mais il faut bien dire que j’ai beaucoup travaillé pour arriver à ce niveau de performance aujourd’hui !

J’ai énormément progressé dernièrement et notamment sur les points faibles révélés lors du Championnat du Monde en Australie en janvier dernier. Sur un bateau aussi fin et technique que le Moth, chaque écart est sévèrement sanctionné. J’ai beaucoup travaillé ma technique, mes manœuvres et j’ai bien travaillé sur mon bateau, qui était vraiment fiable et optimisé. Pour la première fois j’étais vraiment rapide par rapport à la flotte, même si les premiers ont encore un petit plus qu’il va falloir aller chercher ! Ma plus mauvaise manche est une manche de 16e sur 71 concurrents. J’ai été régulier dans toutes les conditions et sur un championnat long de ce type, ça paye !! »

Ce résultat semble être le fruit d’un travail assidu, quelles sont les évolutions payantes depuis ta dernière performance au Championnat du Monde en Australie ?

« Beaucoup de fiabilisation, un travail d’optimisation sur les foils qui m’ont permis de naviguer dans les vagues et le vent faible… Le reste, c’est de l’entrainement, avec beaucoup de pratique et d’assiduité. »

Quel est ton meilleur souvenir de cette course ?

« Faire des manches entières sans toucher l’eau, passer la première bouée devant Paul Goodison, marin sur l’America’s Cup, gagner la bataille au portant contre mes deux concurrents proches dans la dernière manche, arriver à naviguer dans la grosse brise et ce clapot impossible à 26 nœuds stabilisé, transpercer la flotte au près pour revenir sur la tête de flotte, enchainer des manches dans le top 10… J’ai pris énormément de plaisir sur cette régate, il n’y a que des bons souvenirs !!! »

Une petite anecdote sur cette course ?!

« La première journée fut assez bestiale avec des conditions de vent et de mer tout juste à la limite de pouvoir naviguer. Le vent forcissait et à la dernière bouée au vent, il était devenu presque impossible de pouvoir abattre (passer du près au vent arrière), et donc de rejoindre l’arrivée. Quand enfin j’ai réussi, je suis parti à 26 nœuds (50km/h) à chevaucher les vagues… Jusqu’à ce que je croise le sillage d’un énorme voilier classique. Là, le bateau propulsé sur la première grosse vague s’est sauvagement et entièrement décollé hors de l’eau, avant de s’écraser dans l’onde liquide, m’envoyant ricocher à 10 mètres de là, encore agrippé à mon écoute de grand-voile… Je suis revenu avec des douleurs au cou et dans tout le corps de cette journée sauvage, mais shooté à l’adrénaline générée sur l’eau par ces conditions extrêmes ! »

Tu deviens un expert en Foils, si tu avais un conseil à donner lequel serait-il ?

« Passer un diplôme d’aérodynamique ! Clairement, ma formation d’ingénieur est un réel atout pour progresser et comprendre les sensations. C’est pour moi un de mes gros atouts dans ce monde de sportif, il ne suffit plus d’être robuste pour aller vite ! »

Quels sont tes projets pr la suite ?

« Au niveau performance, j’ai rempli et même dépassé mes objectifs sur le Moth. Je souhaitais apprendre à voler, c’est chose faite aujourd’hui ! Maintenant j’ai envie de voler en équipage, apporter mes connaissances à une équipe. Je ne suis pas un solitaire dans l’âme, bien au contraire, je rêve d’America’s Cup et de retourner au large sur des grands multicoques.

Avant cela, j’enchaine directement sur la « Little America’s Cup » en Suisse où je vais piloter le catamaran à aile rigide de la Classe C « Cogito ».

Je cherche à diversifier mes expériences pour accélérer ma progression, sur des supports de très haut niveau qui sont complémentaires. Entre le Mini 6,50, le Moth International et la Classe C, on peut difficilement faire plus divers.

Leur point commun ? Ce sont tous des prototypes que j’essaye d’améliorer au mieux, et les résultats sont au rendez-vous… Bref, je suis un homme heureux, avec encore beaucoup de rêves à réaliser...! »


Voir en ligne : Info presse benoitmarie.com



A la une