SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#IMOCA

Transat Saint-Barth - Port la Forêt : Victoire de Sébastien Josse après 10 jours 5 heures de course

"C’était une course pour métronome ! Il fallait toujours être dans le timing"

jeudi 17 décembre 2015Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

En coupant la ligne d’arrivée devant la bouée Linuen Est, à l’ouvert de la baie de La Forêt, mercredi 16 décembre, à 21h 18mn 17s, le skipper d’Edmond de Rothschild remporte brillamment une transat qu’il aura dominé quasiment d’un bout à l’autre, puisqu’il n’aura laissé la tête de course que les six premières heures à Paul Meilhat. Son temps de course est de 10j 05h 18mn 17s. sa vitesse moyenne sur l’orthodromie (3375 milles) est de 13,76 nœuds. Il aura parcouru sur l’eau 3773 milles à la vitesse de 15,38 nœuds. Ce faisant, il se qualifie pour le prochain Vendée Globe.

Trajectoires parfaites, capacité à mener son bateau à 100% quand les conditions météorologiques le demandaient, maitrise dans le gros temps, Sébastien Josse emporte sans discussion cette troisième manche du Championnat du Monde IMOCA Ocean Masters. Mais surtout le skippeur du team Gitana se pose d’emblée comme un des hommes sur lesquels il faudra compter lors du prochain Vendée Globe...

Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) :

Victoire + qualification

SJ : « Compte tenu du contexte dans lequel je prends le départ - après un abandon sur la Jacques Vabre et avec seulement 48h de pause à Saint-Barth entre les deux transats - je dois dire que je partais plus pour me qualifier et voir comment le bateau allait se comporter que dans un pur objectif de performance. Après de faire les deux, ce n’est pas désagréable et je prends. »

La course, ses conditions météos et passages clés

SJ : « C’était une course pour métronome ! Il fallait toujours être dans le timing pour que les phénomènes s’enchaînent bien. La transition entre la première et la deuxième dépression n’était pas facile mais il fallait aussi avoir un peu de réussite. Etre en avant du front était une position plus confortable que celle dans laquelle s’est retrouvée SMA. Au maximum, j’ai relevé 58 nœuds c’était dans la nuit de lundi à mardi. »

Premier test grandeur nature

SJ : « En plus d’être une belle transat, cette course était un super test pour le bateau comme pour moi. C’est exactement ce que l’on venait chercher. Depuis la mise à l’eau, le 7 août dernier, nous courons un peu après le temps. La Jacques Vabre ne nous a pas souri et c’était important de repartir très vite pour faire des milles et accumuler de l’expérience avec ce nouveau bateau. Nous avons eu très majoritairement du portant et du reaching, seulement quelques heures de près, mais c’était très instructif. Le bateau est bien né, très agréable avec cette grande casquette sous laquelle on se sent en sécurité, il va vite et à certaines allures le plus des foils est vraiment impressionnant. Une chose est sûre, je suis un adepte des foils et pas besoin de réfléchir je les garde ! Le seul petit regret vient du plateau qui a souffert ces derniers jours avec une pensée pour Paul qui a été très accrocheur, c’était sympa de pouvoir me bagarrer avec lui sur les premiers jours. »

Le solitaire, c’est comme la bicyclette !

SJ : « Je n’avais pas fait de solo en Imoca depuis 2009 et cette course constituait une découverte du Mono60 Edmond de Rothschild, mais j’ai vite retrouvé mes marques. Ça m’a rassuré là car avant d’y être, c’est naturel, on se demande toujours « est-ce que je vais être en forme ? » « Est-ce que je suis au niveau ? ». On a besoin de réacquérir les automatismes. Mais ce n’est que le début, il va falloir continuer de naviguer sur le bateau. Maintenant, les acquis sont là, on appelle cela l’expérience et ça ne s’oublie pas. »

Un travail d’équipe

SJ : « Le timing était serré ! Depuis notre abandon sur la Transat Jacques Vabre, l’équipe n’a pas chômé : c’était un sacré challenge ! C’est une victoire d’équipe ! Pour le coup, ils ont cravaché pendant des week-ends et des semaines pour que le bateau soit prêt et s’ils n’avaient pas été là, on ne serait pas à Port-la-Forêt aujourd’hui. Merci et chapeau les gars d’avoir autant bossé ! »

- Cartographie : http://gitana-team.geovoile.com/saintbarthportlaforet/2015/


Voir en ligne : Info presse IMOCA Ocean Masters / www.imocaoceanmasters.com/fr/


Classement au 15 décembre à 15h (TU+1) et ETA à Port-la-Forêt

  1. Edmond de Rothschild, Sébastien Josse à 512,1 milles de l’arrivée. ETA mercredi 16 au soir.
  2. Newrest / Matmut, Fabrice Amedeo à 700 milles. ETA possible samedi 19 au matin.
  3. Le Souffle du Nord, Thomas Ruyant à 814,2 milles.
  4. Safran, Morgan Lagravière à 872,3 milles.
  5. O Canada, Éric Holden à 886,4 milles. ETA possible samedi 19 au soir.
  6. Currency House Kilcullen, Enda O’Coinnen à 920,7 milles. ETA possible dimanche 20 au matin.


A la une