SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#MiniTransat2015

Frédéric Denis : "Je ne réalise pas encore que j’ai gagné la Mini Transat"

"J’avais l’avantage d’avoir bénéficié des conseils d’Antoine (Roux) et de Gwénolé (Gahinet)"

vendredi 13 novembre 2015Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Arrivé aux dernières heures de la nuit guadeloupéenne, le skipper de Nautipark termine en vainqueur sans partage de cette Mini Transat îles de Guadeloupe. Malgré un arrêt imprévu aux abords de Saint-François, suite à la rencontre fortuite d’une ligne de casier de pêcheur, Frédéric Denis a pu terminer en toute sérénité une étape maîtrisée de la tête et des épaules. Après avoir été reçu par les édiles de Guadeloupe et de Pointe-à-Pitre au pied du Mémorial Acte, il a pu répondre aux questions des nombreux journalistes venus l’interroger avant de rejoindre la marina de Bas du Fort.

Interview autour du premier vrai repas du skipper depuis son départ de Lanzarote.

Tout d’abord, tes sensations sur cette arrivée ?

« Je ne réalise pas encore que j’ai gagné la Mini Transat. C’est un peu irréel, c’est quelque chose qui s’arrête comme ça tout d’un coup. Tu es là, tu es en mer en approche de la ligne d’arrivée et tout d’un coup, tu es entouré de bateaux qui te bombardent de flash, de lumières qui t’aveuglent. Toi, tu voudrais voir les gens qui sont là et tu ne vois rien. C’est un peu pour ça que j’ai fini sous foc et grand-voile alors que j’aurais pu être sous spi. Finir à vitesse lente comme ça, c’était en quelque sorte mon sas de décompression. Mine de rien, c’est une transition assez violente… Bien sûr, tu es content, tu es fier, mais j’ai l’impression que c’est maintenant que je vais pouvoir goûter ce bonheur-là. »

Vous avez été sur un rythme incroyable ?

« A l’inverse de la première étape, on n’a pas eu de temps d’adaptation. On est parti sous spi et d’emblée on surfait à près de 15 nœuds, avec en plus une mer dégueulasse à gérer. Sur la première étape, c’est monté en puissance progressivement. Là, il fallait être dans le match tout de suite. C’était quand même vraiment bourrin… on est parti un peu trop vite. J’ai fait deux départs à l’abattée dans la même journée, mais ça ne m’a pas calmé (rires). En fait, j’ai cassé pas mal de petites choses, mais rien qui ne m’a fortement pénalisé. Après, il faut aussi un peu de chance. Mon plus gros handicap, ça a été la perte de mon aérien qui m’a obligé à barrer plus que je n’aurais voulu. Mais, il ne faut pas se leurrer, tu passes régulièrement à faire une heure de bricolage par ci, par là. »

Tu avais fait en amont de la course, un gros travail sur tes pilotes, en liaison avec NKE…

« Je pense que ça a été déterminant dans la nuit du 2 au 3 novembre. A ce moment-là, le pilote barrait mieux que moi. Comme je porte des lunettes de vue, sans elles, je n’arrive pas à lire les instruments, je ne peux pas suivre un cap précis au delà d’un certain temps. Du coup cette nuit-là, j’ai fait beaucoup de pilote… comme le pilote gère les surventes et les accélérations du bateau, j’ai vraiment fait le trou. Je suis resté avec plus de toile que les autres. Je les entendais à la VHF en train de dire qu’il fallait réduire et pendant ce temps, moi je continuais sous spi médium arisé et grand-voile à deux ris. Là, tu sais que tu portes un coup au moral de tes adversaires. »

La préparation technique du bateau a joué son rôle ?

« J’avais l’avantage d’une part d’avoir beaucoup travaillé sur les améliorations que l’on pouvait faire, mais aussi d’avoir bénéficié des conseils d’Antoine (Roux) et de Gwénolé (Gahinet) qui avaient été les deux précédents skippers du bateau. C’est vraiment un travail à trois qui a été très productif. Je n’avais pas cette culture du prototype, ils ont été particulièrement précieux. L’objectif, c’était de repartir sur la même base et de voir ce qu’on pouvait améliorer après accord entre l’architecte Henri-Paul Schipman, Gwéno et Antoine. Ils sont venus naviguer sur le bateau. Ils m’ont délivré un vrai monde d’emploi du Mini qui m’a permis d’être à niveau en si peu de temps. »

Comment on gère le doute sur une épreuve comme celle-là ?

« Ce n’est pas le plus simple. Je dois encore progresser dans ce domaine. La meilleure méthode que j’ai trouvée, c’était d’aller dormir, retrouver de la lucidité. Après, il y a eu le matin du 4 novembre où j’ai eu des soucis de grand-voile (je ne pouvais plus la monter en tête), plus la perte de mon aérien. Je me suis posé la question de savoir si je ferais escale au Cap-Vert. »

Comment tu réagis à l’abandon de Davy Beaudart ?

« Ma première réaction, c’est de la déception et de la tristesse. Pour moi, je m’étais inscrit sur cette course avec comme objectif premier de traverser, ensuite de faire un bon résultat si possible. Donc, chaque gars qui s’arrête, c’est un gars de moins pour l’arrivée. Après, c’est évident que Davy avec ses 9 heures d’avance, c’est un candidat à la victoire en moins. Tu ne peux pas t’empêcher d’y penser, même si tu préfères toujours que ça se passe sur l’eau. On ne saura jamais, mais Davy, c’était le gros client de cette Mini Transat îles de Guadeloupe. »

Quand on entend qu’un adversaire de ce calibre abandonne, on ne gamberge pas un peu en se disant que si ça lui est arrivé, ça peut m’arriver à moi aussi ?

« En fait, je crois que j’avais bien débranché le cerveau… Je savais qu’il fallait envoyer sévère avant le Cap-Vert. »

Il y a des enseignements que tu vas tirer de cette Mini ?

« Beaucoup de choses… déjà, sur moi-même, car je pense que je n’étais jamais allé aussi loin. J’ai vraiment trouvé mes limites. C’est étonnant : j’ai eu des moments euphoriques, des moments dépressifs. Si tu as des bases, c’est le meilleur moyen de devenir bipolaire. Tu reviens sur terre, tu es à peu près toi-même, mais sur l’eau c’est différent. On a un côté animal sur ces bateaux : à l’intérieur tu vis dans deux mètres carrés, mais qui n’arrêtent pas de te secouer dans tous les sens. »

Tu as des envies après cette Mini Transat îles de Guadeloupe ?

« Déjà on va prendre ça, goûter cette victoire. Après des projets du type Route du Rhum ou Vendée Globe. J’ai envie de projets au large et qu’il y ait une bonne dose de technique à gérer. C’est mon côté ingénieur qui ressort. Il faut juste que j’atterrisse. Je n’oublie pas qu’on a eu des conditions incroyables… ça va nous faire des jolis souvenirs avec les copains. J’ai hâte de les accueillir. »


Voir en ligne : Info presse www.minitransat-ilesdeguadeloupe.fr



A la une