SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#FigaroBeneteau

Figaro-Bénéteau 3 : Par souci d’économies, les skippers choisissent une version sans quille

vendredi 1er avril 2016Christophe Guigueno

Des projets de version 3 du monotype Figaro-Bénéteau qui ont filtré dans la presse spécialisée, la Classe Figaro-Bénéteau en aurait validé un, avec des foils. Mais "quille pendulaire et foils imposent un coût de production incompatible avec une construction en série d’un voilier de course au large à portée du plus grand nombre" a déclaré le bureau de la classe. C’est donc pour cette raison que les skippers ont préféré opter pour une option radicale proposée par le cabinet VV&VV.

Lancer un voilier monotype de course au large qui satisfasse aussi bien les skippers pros que les amateurs éclairés ou les aspirants professionnels n’est pas une mince affaire. Les précédents organisateurs du Tour de France à la voile ne s’en d’ailleurs sont pas remis avec leur M34 trop cher pour remplacer le Farr30 sans être assez innovant pour justifier le surcoût de son arrivée sur le circuit.

Ni un M34, ni un mini-Imoca à foils

Pour éviter ces soucis, les membres de la Classe Figaro-Bénéteau ont préféré opter pour une solution qui permettrait de diminuer au maximum le prix marché du futur Figaro-Bénéteau 3. En effet, le coût de la construction en série d’une quille pendulaire monotype ou de foils identiques a été jugé "exorbitant par le comité de skippers membres de la Classe Figaro-Bénéteau". Même en diminuant la taille des bateaux comme suggéré par certains architectes, la "mise en œuvre de tels appendices strictement identiques"… situe "le prix de commercialisation du bateau entre 180.000 et 245.000 euros TTC". Une version avec foils et quille fixe se situerait entre 150 et 200. Des prix hors de portée de nombreux skippers ce qui tuerait ipso-facto la classe et son programme de compétitions qui doivent rester à la portée de nombreuses PME.

Naviguer sans quille, Duck et Doré l’ont fait

C’est donc le projet FB3SQ a qui a été retenu par les membres de la Classe Figaro-Bénéteau et qui doit être validé jeudi prochain. Dessiné par VV&VV, ce concept a été imaginé en collaboration avec les skippers Michel Doré et Jean-Paul Duck, tous deux ayant connu des expériences notables en matière de navigation sans quille.

Jean-Paul Duck : "En janvier 2013, j’étais 3e du Vendée Globe quand la quille de mon bateau m’a quitté. J’ai réussi à abattre et à rouler ma voile. J’étais alors à quelque 500 milles du Cap Vert. Je croyais que j’allais chavirer dans les heures qui venaient mais, finalement, mon IMOCA a tenu le coup. Avec son fond plat et ses ballasts, il est parvenu à braver les éléments pour me ramener à bon port ! Alors quand VV&VV m’ont parlé de leur projet de Figaro 3 sans quille, j’ai aussitôt abondé dans leur sens. C’est faisable, je l’ai montré sur le Vendée Globe !"

Michel Doré : "Moi, j’ai pris la 3e place du Vendée Globe en 1995 alors que je n’avais plus de quille sous la coque depuis quelques heures. Elle a lâché alors que je n’étais plus qu’à 50 milles des Sables d’Olonne. Moi je dis, "I did it, you can do it !". Alors, si le Figaro valide ce projet. J’en serai !"

Victor van Victor, un des deux associés créateur du cabinet VV&VV confirme l’apport technique de ces deux experts de la navigation sans quille.

Victor van Victor : "Au début, nous nous sommes interrogés comment diminuer les coûts de fabrication. Puis comme on a remarqué que quilles pendulaires et foils rendaient les budgets ingérables, on a décidé de coupé court à toute idée d’appendice extrême. On a donc décidé de faire au minimum !"

Ainsi, grâce à ces économies, le prix de sortie du Figaro-Bénéteau 3 de série ne devrait pas dépasser les 100.000 euros hors taxes. Un budget restreint dû aux conséquences de cette absence de quille. Les espars sont ainsi plus courts et les voiles plus petites. Le bateau est aussi beaucoup plus léger et demande moins de matière pour être fabriqué. Plus facile à transporter, moins coûteux à l’année, le Figaro-Bénéteau 3 SQ a donc un grand avenir devant son étrave… d’autant plus que cette 3e version du monotype de course au large devrait bénéficier d’une innovation qui devrait changer la face du monde de la voile en monocoque : un bout-dehors orientable associé à un spi asymétrique !



A la une