SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

No Way Back

Pieter Heerema : "Le départ et l’arrivée ont été les meilleurs moments de cette épreuve"

dimanche 5 mars 2017Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Premier Hollandais à participer au Vendée Globe, Pieter Heerema a terminé le tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance jeudi 2 mars en franchissant la ligne d’arrivée à 22h26, après 116 jours 9 heures 24 minutes et 12 secondes en mer. A bord de No Way Back, Pieter a réellement parcouru 29 747 milles nautiques à la vitesse moyenne de 10, 65 nœuds et se classe 17e de cette 8e édition. Une victoire pour ce skipper qui partait le 6 novembre dernier sur un Imoca60 de dernière génération avec pour seul objectif de boucler son tour du monde et revenir aux Sables d’Olonne.

Après 24 heures festifs à terre en compagnie du public français, de sa famille, de ses proches et de son équipe technique, Pieter, quelque peu reposé, se livre sur ce défi personnel qu’il vient de réaliser.

Pieter Heerema : « Cela fait du bien d’être arrivé. Le départ et l’arrivée ont été les meilleurs moments de cette épreuve. Entre les deux, c’est difficile d’identifier les pires ou les meilleurs moments, car on passe par toutes les émotions. Je me souviens par exemple de certaines tempêtes, la nuit, quand le bateau tapait dans les vagues et que le vent soufflait à 40 nœuds, ma plus grande satisfaction était de lever les yeux et de voir que le mât était encore en place ! Vous passez d’une peur extrême à un intense sentiment de soulagement en quelques secondes ... et le delta est énorme. C’est à l’image de cette course : un mélange permanent de sentiments extrêmes.

En fait, cette épreuve n’est pas seulement une course. Elle vous pousse tellement loin en termes de stress, de motivation et de dépassement de soi. C’est le meilleur programme de développement personnel au monde et, même à mon âge, j’ai trouvé en moi des ressources inconnues pour mener cette aventure à son terme.

Le soutien que j’ai reçu à travers les emails et Facebook a été primordial dans ma motivation. Lorsque j’étais à quelques doigts d’abandonner au large de l’Australie, je me suis dit que j’allais leur montrer que je pouvais le faire, peu importe combien de temps cela prendrait. J’ai surtout remarqué que le Vendée Globe est maintenant connu plus largement en Hollande. Ce serait fantastique de voir d’autres skippers hollandais sur la ligne de départ des futures éditions.

Maintenant, je vais me reposer un peu avant de retourner à mon premier amour : le Dragon. Après 116 jours en mer, je ne suis toujours pas vacciné ! Dès la semaine prochaine, je vais dans mon hangar pour préparer le bateau pour notre première course à Cascais dans un mois. J’aime naviguer, j’aime la compétition et j’ai besoin d’avoir des buts dans ma vie ! »


Voir en ligne : Info presse nowaybacksailing.com/

Portfolio



A la une