SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Ultimes

The Bridge : Départ le 25 juin 2015 sous le pont de Saint-Nazaire

samedi 3 décembre 2016Redaction SSS [Source RP]

THE BRIDGE, un événement atypique, festif, maritime, culturel et populaire, aura lieu du 15 juin jusqu’au début du mois de juillet 2017, à Nantes, Saint-Nazaire et New York. Labellisé par la Mission du Centenaire 14-18 et lancé sous le haut patronage de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, THE BRIDGE rend hommage à l’arrivée sur les côtes françaises des premières troupes américaines venues défendre la Liberté aux côtés des Alliés et mettre un terme à la Première Guerre Mondiale.

TOP DEPART LE 25 JUIN 2017 SOUS LE PONT DE SAINT-NAZAIRE

« Le symbole est très fort », souligne François Gabart, l’un des quatre premiers concurrents déclarés du Queen Mary 2 sur son terrain de jeu de prédilection : l’Atlantique. Top départ le 25 juin 2017 ; et cap sur New York où le prestigieux paquebot, qui imprimera un tempo de métronome à 25-26 nœuds de vitesse croisière sur la route directe contre les vents dominants, y est attendu le 1er juillet au petit matin, salué comme le veut la tradition par les feux de la Statue de la Liberté.

LE GRAND RETOUR DU QUEEN MARY 2 À SAINT-NAZAIRE

Après Nantes, THE BRIDGE se poursuivra de plus belle à Saint-Nazaire avec le grand retour du Queen Mary 2 dans son port de construction. Un événement en soi pour la Cité des Paquebots, dont l’histoire, la culture, et l’économie sont intimement liées à la mer et ses industries. Cet affrètement exceptionnel, fruit du travail réalisé par l’association THE BRIDGE pour rassembler une grande famille de partenaires publics et privés, a aussi été rendu possible grâce à la mobilisation des entreprises du territoire réunies dans le Club des 100. Porté par une forte dynamique entrepreneuriale, l’événement attend 2 640 passagers, particuliers et décideurs économiques, qui embarqueront à bord du célèbre « liner » pour suivre la course en direct et aux premières loges. Une grande première.

IDEC SPORT, NOUVEAU CONCURRENT DU QUEEN MARY 2

Quatre skippers, aux parcours riches en exploits océaniques, ont d’ores et déjà répondu à l’appel de cette course inédite. François Gabart (MACIF), Yves Le Blévec (ACTUAL) et Thomas Coville (Sodebo Ultim’) comptent parmi les premiers candidats. Ils sont rejoints depuis peu par Francis Joyon (IDEC SPORT), dernier inscrit en date qui comptera avec son équipage engagé actuellement dans la conquête du Trophée Jules Verne parmi les plus redoutables concurrents du Queen Mary 2. Aux côtés de cinq équipiers, ces grandes figures du large devront livrer une régate au meilleur niveau tout au long des 3 150 milles du parcours (5 800 km environ) face à un paquebot qui, quelque soit les conditions météo, traverse l’océan à toute vapeur.


Voir en ligne : Info presse thebridge2017.com


Ils ont dit pendant la conférence de presse :

Francis Joyon (IDEC SPORT) : « Le trimaran IDEC SPORT, de par l’utilisation absolue du vent et de l’océan pour se déplacer, représente le trait d’union idéal et symbolisera l’amitié entre la France et les États-Unis. Avec le team IDEC SPORT, nous sommes fiers de participer à cette première de THE BRIDGE. »

Thomas Coville (Sodebo Ultim’) : « Être pionnier, c’est l’ADN du collectif Ultim’ qui rassemble les armateurs des plus grands multicoques. Aujourd’hui, avec THE BRIDGE, nous avons rendez-vous avec l’histoire, avec cette nouvelle course, avec ce nouveau concept et avec le Queen Mary 2… »

Yves Le Blévec (ACTUAL) : « Départ Saint-Nazaire, arrivée New York, c’est un parcours mythique qui nous renvoie à l’époque des navires à passagers et des paquebots. Le format de course, qui réunit pour la première fois tous les Ultim’, nous convient parfaitement. »

François Gabart (MACIF) : « Le symbole est très fort. Cent ans après le débarquement des Américains en Europe, THE BRIDGE nous propose de jouer le jeu retour, d’aller aux États-Unis pour créer du lien dans le monde de la voile et bien au-delà. Ce qui est intéressant, c’est d’avoir une façon un peu différente d’aborder la course, de rapprocher potentiellement les médias et le public de nos bateaux et de faire vivre la course de l’intérieur aux croisiéristes privilégiés qui embarqueront à cette occasion. »



A la une