SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Class40 #RdR2018

Jean Galfione : "je suis à fond dans ma Route du Rhum. Je ne pense plus qu’à ça toute la journée"

mardi 16 octobre 2018Redaction SSS [Source RP]

Dans une semaine, les 123 bateaux de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe seront tous rassemblés dans le port de Saint-Malo. La dernière ligne droite est donc clairement entamée pour les marins qui peaufinent désormais les ultimes détails de leur préparation. En ce qui le concerne, Jean Galfione est fin prêt, soulagé d’avoir découvert un problème de rail de grand-voile lors de l’un de ses derniers entraînements qu’il a ainsi pu régler avant de faire le grand saut à travers l’Atlantique. A présent, outre le convoyage de son bateau jusqu’à la Cité Corsaire qu’il a prévu de réaliser en deux temps à partir de jeudi, le skipper va donc pouvoir se concentrer pleinement sur l’évènement en gérant au mieux la pression. Entretien.

A quelques jours du 24 octobre, date de présence obligatoire des bateaux dans le port de Saint-Malo, dans quel état d’esprit vous trouvez-vous ?

« Ces deux dernières semaines ont été intenses. Comme prévu, nous avons sorti le bateau de l’eau pour un dernier petit chantier avant la course. Le truc, c’est qu’initialement, nous avions prévu de simplement nous concentrer sur la carène afin qu’elle soit parfaitement propre mais il se trouve que nous avons dû effectuer un gros travail sur le mât. La raison ? Lors d’un entraînement, je me suis aperçu d’un problème de rail de grand-voile. Ce dernier était en train de se décoller à cause de certaines vis qui étaient en train de casser et je me suis alors retrouvé dans l’incapacité d’affaler. Nous avons dû ouvrir un gros dossier qui n’était pas prévu et qui nous a obligé à tout démonter, tout tarauder et tout repercer. Pendant dix jours, nous n’avons pas chômé mais tout est désormais de nouveau en place et j’ai même pu faire deux sorties dans 25-30 nœuds de vent sur une mer formée avec 4 à 5 mètres de creux, pour bien tirer dessus et m’assurer que le problème était vraiment résolu. Je suis évidemment soulagé d’avoir pu régler ce souci technique maintenant car j’aurais pu tout aussi bien y être confronté pendant la Route du Rhum, ce qui aurait été nettement plus compliqué, même si l’on sait que ça fait partie des risques quand on a un bateau qui a autant de milles au compteur. »

A quel moment avez-vous prévu d’effectuer le convoyage de Serenis Consulting jusqu’à la Cité Corsaire ?

« Il est prévu que je parte ce jeudi, en même temps que Nicolas Troussel à bord de Corum. C’est toujours plus sympa à deux. Nous avons choisi de monter en deux temps, avec une escale à Roscoff. On sait que la dernière partie sera plus tranquille que la première et aujourd’hui, je n’ai plus besoin de naviguer pour tester des choses mais simplement pour me rassurer sur le fait que tout est parfait. Ces derniers jours, je retourne le truc dans tous les sens dans ma tête et vraiment, je pense que tout est sur les rails. »

Avez-vous réellement le sentiment que le compte à rebours a commencé ?

« Clairement. Aujourd’hui, je suis à fond dans ma Route du Rhum. Je ne pense plus qu’à ça toute la journée, je le sens. Je suis toujours à l’affût du moindre détail, que cela concerne le bateau ou ma forme. J’essaie de faire attention au sommeil afin de ne surtout pas cumuler de retard et de faire mon sport sans trop forcer. Je fais en sorte d’avoir une bonne hygiène de vie et de ne pas m’angoisser plus que ça. Pour l’instant, j’ai l’impression que ça va. Je ne veux pas oublier un seul truc, jusqu’à la sortie des écluses. Je veux être sûr de ne rien rater ou, en tous les cas, de ne rien avoir à regretter. »

- Info presse Rivacom



A la une