SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#SolitaireBompard

Erwan Tabarly : "Cette victoire, c’est vraiment celle d’un acharné qui réussi à force de persévérance"

jeudi 23 juin 2016Redaction SSS [Source RP]

Ce mercredi, à 22h37 (heure française), après 3 jours 9 heures et 25 minutes de mer, Erwan Tabarly a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée de la première étape de la 47e Solitaire Bompard –Le Figaro. Une étape compliquée, raccourcie à deux reprises, marquée par de nombreux rebondissements, mais aussi et surtout par des écarts monstres entre les premiers et les derniers qui marqueront, à coup sûr, l’histoire de la course. Pour le skipper d’Armor-Lux, qui a devancé de 7 minutes 19 Yoann Richomme puis de 11 minutes 49 Charlie Dalin, respectivement deuxième et troisième, c’est évidemment une immense satisfaction de décrocher ainsi sa toute première d’étape après treize éditions où il est si souvent passé tout près. Il l’avait d’ailleurs annoncé fort et clair dès le départ à Deauville, il lui fallait à tout prix cette victoire. Désormais c’est chose faite !

Erwan, vous remportez votre première victoire d’étape dans la Solitaire Bompard – Le Figaro. Que ressentez-vous ?

« C’est un grand bonheur ! Je suis vraiment super content ! C’est génial ! Cela faisait déjà plusieurs éditions que je me disais qu’il fallait que j’en remporte une. La 14e est finalement la bonne et ça fait du bien car ces dernières années, je suis passé six fois sur le podium mais la victoire m’a toujours échappé. A chaque fois, ça c’est joué à peu de chose, mais toujours en ma défaveur. Cette fois, j’ai eu ce petit truc en plus qui m’a permis de concrétiser, j’ai envie de dire enfin ! Cette victoire, c’est vraiment celle d’un acharné qui réussi à force de persévérance et je suis heureux de ça, surtout que ça a vraiment été compliqué du début à la fin. Dur aussi. Dans les derniers milles, il a fallu composer avec les orages. Il y avait des éclairs dans tous les sens puis le vent a commencé à tomber pour finir par s’écrouler complètement à un mille de la ligne. Avec le courant, j’ai vraiment cru que je n’arriverais pas à la passer. J’ai eu cette hantise jusqu’au dernier moment. J’avais même mon mouillage de prêt ! »

A quel moment avez-vous commencé à y croire ?

« A environ 60-70 milles de l’arrivée. A ce moment-là, je me suis retrouvé à moins d’une longueur de Yoann (Richomme). Au début, il allait un peu plus vite que moi mais la tendance s’est inversée et je suis passé devant lui. Là, je me suis dit que la première place pouvait être au bout mais je suis resté concentré par je savais qu’il restait encore plein de coups à faire, et à faire bien. Sur cette étape, nous avons vraiment tout eu : de la brise, de la pétole, des effets de site et de courants… il y a eu des rebondissements en pagaille. Au final, les écarts vont être assez dingues. Je n’ai pas encore trop regardé dans le détail, mais ça semble incroyable. Pour l’instant, je savoure simplement ma victoire. Je la voulais absolument. Presque plus encore que la victoire au général. Je ne pouvais pas rêver mieux pour commencer la course mais je n’oublie pas que ce n’est pas fini. Il reste trois étapes. Il ne faut donc pas s’emballer d’autant que j’ai des concurrents redoutables à mes trousses, à commencer par les deux skippers Macif, Yoann et Charlie (Dalin). Quoi qu’il en soit, ce qui est pris n’est plus à prendre. »

Après votre victoire, en avril dernier, dans la Transat AG2R – La Mondiale, il semble que vous soyez sur une belle lancée…

« On dirait. Peut-être que d’avoir gagné à Saint-Barth a été un petit déclic, je ne sais pas. Peut-être aussi que d’avoir fait une pause avec le Figaro l’an passé m’a fait du bien. J’ai eu un peu de réussite sur cette étape et il en faut toujours un peu pour faire la différence. Ce qui est certain, c’est que cela m’enlève énormément de pression. Jusqu’ici, je m’en voulais vraiment de n’avoir jamais réussi à m’imposer sur une étape. Je me disais que ce n’était pas possible de continuer de passer à côté de ça. A présent, c’est fait et je vais savourer, comme je l’ai déjà dit. Je ne veux pas encore penser au classement général. Je veux aborder étape par étape, et on verra bien. »


Classement :

1. Erwan (Armor Lux) : le 22/06/2016 à 22:27:54 (HF) - 3j 9h 25mn 54sec (5.66 nœuds) 2. Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) : le 22/06/2016 à 22:35:13 - 3j 9h 33mn 13sec (5.65 nœuds) 3. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) : le 22/06/2016 à 22:39:43 3j - 9h 37mn 43s

ec (5.65 nœuds)



A la une