SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Suisse

André Bals a remporté la 41e Translémanique en solitaire en temps compensé

Christophe Péclard l’emporte en temps réel en multicoque et Alain Gautier en monocoque

dimanche 31 août 2014Redaction SSS [Source RP]

Ce samedi 30 août, les 94 concurrents de la "SYZ & CO Translémanique en Solitaire" ont franchi la ligne de départ dans des conditions très calmes. Pour la 41e édition, l’introduction de la classe « No Limit » voit six multicoques s’aligner dans le prolongement de la ligne des monocoques, sur un tronçon qui leur est spécialement réservé.

Bien vite, une petite Bise fait heureusement son apparition. Une heure plus tard, le Ventilo M2 GSMN GENOLIER mène la danse avec le M1 ZENITH FRESH à la hauteur du Creux de Genthod par des airs de 5 à 6 nœuds.

Du côté des monocoques, le courant ouest les dirige entre Hermance et Messery où ils peuvent profiter de la bascule de Rebat qui leur permet de repartir en un bord sur Lutry. Plus frais, les airs montent alors jusqu’à 10 nœuds (Force 3). Les amis de longue date Alain Gautier et Nicolas Berenger, tous deux à la barre des Psaros 33 Raïjin et Fujin se contrôlent en tête de la flotte. Parti encore plus à droite du plan d’eau, c’est Luc Munier sur le Psaros 33 Banque Paris Bertrand Sturdza qui tire le mieux son épingle du jeu et domine la flotte des monocoques. Revenu par le centre, c’est finalement Jean Psarofaghis, sur son Psaros 40 SYZ & CO, qui parvient à virer la marque de Lutry en 1re position à 14 heures 41.

Les airs ne tiennent malheureusement pas et tombent au moment où le premier revient sur Saint-Prex et les derniers monocoques passent la marque de Lutry. Heureusement, le Joran fait son apparition et permet à certains de rallier l’arrivée et à d’autres de faire le pont avec le Séchard. Le vent thermique les accompagnera jusqu’à l’arrivée où tout se joue jusqu’à la dernière seconde. Alain Gautier, Nicolas Bérenger et Jean Psarofaghis arrivent dans un mouchoir de poche avec deux minutes seulement entre les deux premiers.

Dans de but d’encourager la participation féminine, une distinction spéciale a été remise à Caroline Cartier sur son Surprise JAWA (18h.45min.7sec.).

Heureux vainqueur en temps compensé, André Bals revient sur sa course en ces termes :

« Toute la première partie de course s’est jouée au coude à coude du côté suisse avec les bateaux DERNIERE MINUTE et ARDIZIO. Nous avons tiré un immense bord qui a commencé à terriblement arrondir à la hauteur de la Pointe de Promenthoux. Un coup de réussite car cette adonnante nous a permis de pouvoir glisser derrière, se régler et aller droit sur le but. J’étais surpris moi-même de voir comme nous laissions nos concurrents derrière nous à ce moment là. Le retour était moins évident : moins de vent et plus de batailles. Les airs sont tombés dès le radiophare et il fallait ruser pour garder son avance. J’ai bagarré tout du long avec les Toucans GASTON et PASSETOUGRAIN. Je suis surtout très content du bateau. Avec ses 18 années, IKY figure déjà parmi les vieilles dames maintenant. Pour moi, la Translémanique c’est avant tout d’arriver à mettre les bateaux que l’on aime bien derrière. Là, je voyais bien que cette mission était atteinte mais pour ce qui est du classement en compensé après plus de 12 heures de course, c’était plutôt une surprise.

Vainqueur de la course en temps réel, c’est Christophe Péclard sur le M1 ZENITH-FRESH qui arrive le premier à boucler la boucle en 7 heures 30 et 5 secondes. Il conclut sur sa course :

« Sur les multicoques, nous allions vers l’inconnu total étant donné que nous ne naviguons jamais sous ce format. C’est surtout très physique dans les manœuvres. Lorsqu’il faut reborder ces immenses voiles à la sortie de virement, c’est épuisant. Heureusement, les conditions étaient parfaites et nous ont permis de réduire pas mal de manœuvres. Parti derrière GENOLIER, j’ai accéléré lorsque les airs ont forci et marqué la différence à ce moment, le bateau étant plus grand et plus toilé. Je repars volontiers pour une prochaine édition et je m’y prendrai peut-être un peu différemment pour ce qui concerne la préparation de mon bateau. »


Voir en ligne : Info presse www.translemanique.ch



A la une