SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Volvo Ocean Race

Bernard Bonneau va présider le jury de la Volvo Ocean Race avant celui de Rio 2016

"On travaille beaucoup en anticipation sur ce qui peut se passer après le départ"

mercredi 8 octobre 2014Redaction SSS [Source RP]

Il y a des visages que l’on peut retrouver aux quatre coins du monde. C’est le cas de Bernard Bonneau. Ce jury international reconnu et très expérimenté passe sa vie à courir de continent en continent mais toujours à proximité d’un plan d’eau. Alicante, Le Cap, Abu Dhabi, Sanya, Auckland, Itajai, Newport, Lisbonne, Lorient, La Haye, Göteborg… Voici sa feuille de route pour les neufs mois à venir.

En tant que président du jury de la Volvo Ocean Race, le Français sera présent à chaque étape. Il a déjà occupé ce poste clé lors de la dernière édition. Il a aussi été Président du jury du Vendée Globe et Président du jury de nombreuses étapes de la coupe du monde de voile olympique. C’est d’ailleurs lui qui présidera le jury des Jeux Olympiques de Rio en 2016 ! Un « palmarès » impressionnant qui reflète un engagement total pour ce rôle de juge international.

Une équipe de six juges internationaux

Bernard Bonneau sera systématiquement entouré de cinq autres juges lors des escales. En tout, une quinzaine de nationalités se relaieront aux côtés du Rochelais. Leur rôle ? Vérifier la bonne application des règles de course définies par l’ISAF, assurer l’arbitrage direct de toutes les manches dans les ports (In-Port, courses d’entrainement, Pro Am) et gérer les réclamations entre les bateaux.

Fort de son expérience sur l’édition passée, Bernard Bonneau sait que le scénario n’est jamais le même. D’autant que la monotypie qui fait cette année son apparition sur la course autour du monde devrait changer la donne.

« Les bateaux sont a priori identiques et les équipages vont essayer de faire la différence sur des petits détails (poids embarqués, matossage, petits aménagements sur les voiles ou l’accastillage pas forcément autorisé). Tout changement est régi par l’autorité organisatrice. Nous avons travaillé sur les textes (règles de classe, avis de course et instructions de course) et au fur et à mesure, cela peut évoluer soit en raison d’un fait nouveau soit pour préciser une règle.

On travaille beaucoup en anticipation sur ce qui peut se passer après le départ. On aura beaucoup de travail sur les régates au contact. Nous avons vu que tous les équipages étaient dans la recherche de performance. L’agressivité, dans le bon sens du terme, est palpable. Je prévois qu’au Cap, les équipes seront encore un peu dans l’apprentissage mais à partir d’Abu Dhabi, elles seront plus affûtées et les courses In-Port seront très disputées. Cela nous donnera pas mal de travail et c’est bien ! » s’enthousiasme Bernard Bonneau.

Un marathon en mer comme à terre

Par expérience toujours, le Président sait aussi que plus l’on va avancer dans la compétition, plus les équipages vont évoluer et plus la fatigue et l’intensité de la régate pourront les pousser à la réclamation.

« En plus de notre rôle au jury, comme on les suit, on a aussi un regard extérieur. La dernière fois, certains ont craqué vers la fin alors qu’ils semblaient dominants, d’autres se sont construits petit à petit pour atteindre une espèce de plénitude. On sent parfois la tension à l’intérieur des équipages, le désaccord entre la cellule arrière et les autres. C’est vraiment intéressant sur le plan humain en plus de l’aspect purement sportif » poursuit-il.

S’il avoue connaître la plupart des 11 Français présents dans les équipages, Bernard Bonneau est incollable sur le palmarès des meilleurs coureurs olympiques qu’il a vu évoluer pendant des années en tant que coordinateur de l’étape de la coupe du monde à Hyères. Martinez, Fernandez, Nicholson, Walker… La course en compte beaucoup dans ses rangs.

La Volvo Ocean Race, contrairement aux Jeux Olympiques, a ceci de particulier qu’elle permet au jury de passer beaucoup de temps avec les équipiers (lors des briefings, lors des réclamations, lors de l’arbitrage sur l’eau, lors de moments plus conviviaux). Une chance aussi pour ce Président qui admire ce mélange de spécialistes de la navigation hauturière et de médaillés olympiques :

« On retrouve le même état d’esprit chez chacun d’entre eux. Ce sont des compétiteurs, ils vont au contact. Il y a de l’intensité dans les courses. C’est très excitant en tant que Président du jury ».

Composition du jury international à Alicante :

  • Bernard Bonneau (FRA)
  • Chris Atkins (GBR)
  • Chris Simon (GBR)
  • Andres Perez (ESP)
  • Marco Mercuriali (ITA)
  • Miguel Allen (POR)


A la une