SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#BWR2014

Barcelona World Race : Jorg Riechers et Sebastien Audigane en finissent à la 6e place

"On espérait faire un meilleur résultat. Dans la première moitié de course tout restait possible"

jeudi 16 avril 2015Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Renault Captur skippé par Jörg Riechers et Sébastien Audigane, a franchi en sixième position la ligne d’arrivée de la Barcelona World Race à 13h 35mn 22s le 16 avril 2015. L’équipage franco-germanique a bouclé son tour du monde à la vitesse moyenne de 9,17 nœuds. Il a dû faire escale à Wellington en Nouvelle-Zélande pendant plus de vingt-quatre heures.

Jörg Riechers 46 ans, a débuté en course au large par les épreuves de la Classe Mini avant de passer au Class40 puis à l’IMOCA. Ancien membre de l’équipe olympique allemande, il est aussi le premier navigateur allemand à avoir remporté une course transocéanique, la Solidaire du Chocolat en Class40 en 2012.

Sébastien Audigane, 46 ans lui aussi, est sans nul doute, un des équipiers les plus recherchés du monde de la course au large. Fin barreur, régleur exigeant, il est aussi réputé pour son égalité d’humeur et sa capacité à ne jamais se laisser submergé par les événements. Sébastien Audigane a participé à plusieurs campagnes autour du monde, notamment le Trophée Jules Verne aux côtés de Bruno Peyron.

Les deux hommes s’étaient préparés à bord de l’ancien Foncia de Michel Desjoyeaux, dont la carène avait été revue de fond en comble en vue de ce tour du monde. La défection brutale de son sponsor a contraint Jörg à se séparer du bateau et mis en péril la participation du tandem à la Barcelona World Race. Maigre consolation pour le navigateur allemand : c’est Bernard Stamm et Jean Le Cam qui loueront le bateau, prouvant toutes ses qualités.

Un embarquement sur le fil

L’IMOCA 60 Renault Captur, un plan Finot-Conq de 2007, a terminé deuxième du Vendée Globe 2008-2009 et de la Route du Rhum 2010 aux mains d’Arm el le Cléac’h. Il était au départ du dernier Vendée Globe avec Bertrand de Broc.

Malgré toutes les qualités intrinsèques du bateau, Jörg et Sébastien ont payé au prix fort une préparation tardive qui ne leur a pas permis d’exprimer tout le potentiel de leur tandem. Ils étaient parvenus néanmoins à rester au contact du trio de tête à l’entrée de l’océan Indien avant que la casse d’un de leurs safrans ne les oblige à une escale très pénalisante à Wellington en Nouvelle-Zélande. Outre le détour et les vingt-quatre heures obligatoires d’arrêt, les deux navigateurs ont surtout eu la malchance de voir les fenêtres météo se refermer sur eux dans le Pacifique Sud. Contraints de laisser leurs rivaux pour la quatrième place s’échapper, ils se sont efforcés de ramener le bateau en bon état jusqu’à Barcelone… Un long pensum qui s’est soldé par plus de trois semaines de près depuis l’archipel des Malouines jusqu’aux Baléares.

Premières réactions

Le bilan de la course

Jörg Riechers : « On espérait faire un meilleur résultat. Dans la première moitié de course tout restait possible. Mais après la casse du safran, on n’a pas pu revenir car les fenêtres météo se sont refermées sur nous. Mais finir un tour du monde, c’est une bonne chose. »

Sébastien Audigane : « Deux ou trois jours avant le cap Horn, on savait qu’on ne reviendrait pas sur les autres concurrents. On a été ralenti à chaque fois. Ça a continué jusqu’en Méditerranée, on pensait arriver hier soir et nous voilà maintenant. Au cap Horn, on a passé le dévent de l’île, on a eu le temps de manger un bout de chocolat, de discuter un peu de refaire le monde… quelques instants plus tard, on prenait des claques à 70 nœuds de vent. »

Le fonctionnement en équipage

JR : « très bien, pas trop stressé malgré les problèmes techniques. On allait bien ensemble comme équipage. »

SA : « C’est clair, malgré ma mauvaise humeur… (rires) Mais on apprend tous les jours. On a reçu le bateau très tard, on n’a pas eu le temps de tout faire. On retient ça pour ne pas recommencer la prochaine fois. »


Voir en ligne : Info presse www.barcelonaworldrace.org



A la une